in

Big data is watching you – Jean-Noël Montagné – VOLTE & ESPACE


Je ne copie ci-dessous la conclusion de l’article « Comment les réseaux sociaux détruisent la société », en date du 27 mai 2021, mais tout est bien entendu à lire … Lire non seulement pour s’informer, mais pour modifier ses comportements.

« … The medium is the message. Jamais cette maxime de Marshall McLuhan n’a été aussi bien illustrée par les réseaux sociaux. Un médium qui formate ses utilisateurs pour qu’ils visionnent le maximum de publicités en organisant leur enfermement dans des contenus ciblés. Un médium techniquement conçu comme système d’observation et de manipulation de ses abonnés au service de la consommation. Un médium qui évacue les débats, l’histoire et les communs. Un médium qui met en avant les extrêmes. Un médium qui génère des groupes intolérants et ignorants du passé.  Un médium qui supprime la démocratie et favorise les totalitarismes.

Il ne faut cesser de rappeler que les réseaux sociaux sont des régies publicitaires fournissant des services, et dont le modèle économique est directement dépendant de la manipulation intentionnelle et nocive de milliards d’individus. Cette publicité est l’outil premier, le socle sur lequel vit le capitalisme.  Nous avons pourtant tous les moyens de refuser ce monde publicitaire et d’utiliser des services éthiques. Il y a des alternatives éthiques à tous les types de réseaux sociaux. On ne peut pas prétendre servir des causes, comme l’écologie, qui combattent les effets du capitalisme, tout en utilisant leur principal outil de manipulation des masses. »

Jean-Noël Montagné

Mais une phrase du paragraphe « Exploiter vos faiblesses, exploiter votre réseau » mérite d’être considérée avec la plus grande attention :

« Les fonctions cérébrales d’imitation d’autrui sont un des “moteurs commerciaux” des réseaux sociaux comme Instagram ou Facebook, par exemple, en poussant au narcissisme, et à l’émulation entre Narcisses. »

« Écho et Narcisse » – John William Waterhouse, 1903

Tomber amoureux de sa propre image, ce n’est rien d’autre que se verrouiller définitivement dans la seule zone « je suis humain » du dessin ci-dessous :

Voir son propre reflet, dans l’eau d’une claire fontaine, dans la glace de la salle de bain ou partout ailleurs, a surtout l’immense intérêt de nous renvoyer dans la direction opposée à 180°, vers le « Je Suis » central, notre vraie nature d’espace d’accueil illimité & inconditionnel. C’est la direction de l’accès à la Vie. Rester en périphérie c’est la mort, comme l’évoque si bien l’inépuisable mythe de Narcisse.

&

Associations et alternatives :

 

Cordialement



Source link

Qu'en pensez-vous?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Un bonheur très ordinaire, doux, intense et très sincère.

Thérapies épigénétiques et la plasticité cérébrale : Valérie Tartera