in ,

ECKHART TOLLE : Le corps de souffrance collectif féminin . (Extrait du livre …


ECKHART TOLLE : Le corps de souffrance collectif féminin .

(Extrait du livre : Nouvelle terre: L’avènement de la conscience humaine.)

La dimension collective du corps de souffrance comporte d’autres aspects. Les tribus, les nations et les races ont toutes leur corps de souffrance collectif, certains étant plus lourds que d’autres. La plupart des membres composant cette tribu, cette nation ou cette race y prennent part dans une plus ou moins grande mesure.

Presque chaque femme participe au corps de souffrance féminin, qui a tendance à s’activer particulièrement juste avant le moment des règles. Durant cette période, bien des femmes sont envahies par d’intenses émotions négatives.

La suppression du principe féminin, en particulier depuis les derniers 2000 ans, a permis à l’ego de s’approprier une suprématie absolue dans la psyché humaine collective. Même si les femmes ont, bien entendu, des ego, c’est chez l’homme que l’ego peut prendre racine et grandir plus facilement. La raison à cela est que les femmes sont moins identifiées au mental que les hommes. Elles sont plus en contact avec le corps subtil, avec le corps énergétique et l’intelligence de l’organisme d’où les facultés de l’intuition proviennent. La forme féminine est moins rigidement fermée que la forme masculine. Elle fait preuve d’une plus grande ouverture, d’une plus grande sensibilité envers les autres formes de vie. Elle est plus syntonisée sur le monde de la nature.

Si l’équilibre entre les énergies féminine et masculine n’avait pas été détruit sur notre planète, la croissance de l’ego aurait grandement été réduite. Nous n’aurions pas déclaré la guerre à la nature et nous ne nous serions pas autant dissociés de notre être intérieur.

Personne ne connaît le chiffre exact parce qu’on n’a pas tenu compte des faits, mais il semble certain que pendant une période de 300 ans, entre 3 et 5 millions de femmes aient été torturées et tuées par la « Sainte Inquisition », une institution créée par l’Église catholique romaine pour supprimer l’hérésie.

Avec l’holocauste juif, ce génocide représente un des plus sombres chapitres de l’histoire humaine. Il suffisait durant cette période qu’une femme aime les animaux, qu’elle marche seule dans les champs ou les bois, ou qu’elle ramasse des plantes médicinales pour qu’on la qualifie de sorcière, qu’on la torture et qu’on la brûle sur le bûcher.

À cette époque, on déclara le féminin sacré comme démoniaque et toute une dimension de l’humain disparut en grande partie. D’autres cultures et religions, comme le judaïsme, l’islam et même le bouddhisme supprimèrent la dimension féminine, quoique de façon moins violente. Le statut des femmes fut réduit à la maternité et au fait qu’elles étaient la propriété des hommes. Des mâles niant le principe féminin même en eux régentaient dorénavant le monde, un monde totalement déséquilibré. Le reste, c’est de l’histoire ou plutôt une histoire de fous.

Et qui est responsable de cette peur du principe féminin, que l’on pourrait uniquement décrire comme étant une paranoïa collective aiguë ? On pourrait, bien sûr, dire que ce sont les hommes. Mais alors, pourquoi dans de nombreuses civilisations pré-chrétiennes, comme les civilisations sumérienne, égyptienne et celte, les femmes étaient-elles respectées et le principe féminin révéré au lieu d’être craint ? Qu’est-ce qui a soudainement fait que les hommes se sont sentis menacés par le principe féminin ? C’est l’ego croissant en eux. L ’ego savait qu’il pouvait prendre le contrôle total de notre planète seulement par le principe masculin. Alors, pour y arriver, il fallait rendre le principe féminin impuissant.

Avec le temps, l’ego s’est aussi emparé des femmes, bien qu’il ne pourra jamais s’incruster en elles comme il l’a fait chez les hommes.

Actuellement, la suppression du principe féminin est intériorisée, même chez la plupart des femmes. Vu que le féminin sacré est supprimé, il est ressenti par beaucoup de femmes comme une souffrance émotionnelle. En fait, il fait partie intégrante de leur corps de souffrance, avec la souffrance accumulée par les femmes au cours des millénaires avec l’accouchement, le viol, l’esclavage, la torture et la mort violente.

Mais, aujourd’hui, les choses changent rapidement. Puisque beaucoup de gens deviennent de plus en plus conscients, l’ego perd de son emprise sur le mental humain. Étant donné que l’ego a toujours eu moins d’emprise sur les femmes, il perd plus rapidement du terrain chez les femmes que chez les hommes.

Maître spirituel Eckhart Tolle
Extrait du livre : NOUVELLE TERRE L’AVÈNEMENT DE LA CONSCIENCE HUMAINE.





Source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guilhou Catherine

Merci 🌹

ECKHART TOLLE : COFFRET DE 52 CARTES INSPIRANTES – NOUVELLE TERRE S’ÉVEILLER À S…

ECKHART TOLLE : COFFRET DE 52 CARTES INSPIRANTES – NOUVELLE TERRE S’ÉVEILLER À S…