in ,

ECKHART TOLLE : LES CYCLES DE LA VIE ET L’IMPERMANENCE DES CHOSES . (Extrait du…


ECKHART TOLLE : LES CYCLES DE LA VIE ET L’IMPERMANENCE DES CHOSES .

(Extrait du livre : Le pouvoir du moment présent – Guide d’éveil spirituel.)

Aussi longtemps que vous existez dans la dimension physique et que vous êtes relié à la psyché humaine collective, la douleur physique est possible, bien que rare. Mais il ne faut pas la confondre avec la souffrance mentale et émotionnelle. Toute souffrance émane de l’ego et résulte de la résistance. Par ailleurs, tant que vous êtes dans cette dimension-ci, vous êtes toujours soumis à sa nature cyclique et à la loi de l’impermanence des choses. La seule différence, c’est que vous ne percevez plus cela comme un « mal », mais seulement comme quelque chose qui est.

En permettant à l’être-là de toute chose d’exister, une dimension plus profonde se cachant derrière le jeu des polarités se révèle à vous sous la forme d’une sensation durable de présence, d’un immuable et profond calme, d’une joie spontanée qui dépasse le bien et le mal. Ceci est la joie de l’Être, la paix divine.

En ce qui a trait à la forme, il y a la naissance et la mort, la création et la destruction, la croissance et la décrépitude des objets apparemment dissociés les uns des autres. Ceci se retrouve partout : dans le cycle de vie d’une étoile ou d’une planète, dans un corps physique, un arbre, une fleur, dans l’ascension et la chute des nations, dans les systèmes politiques, les civilisations et les inévitables cycles du gain et de la perte, du succès et de l’échec présents dans la vie d’une personne.

Il y a les cycles de succès au cours desquels tout semble vous sourire et bien aller, et les cycles de l’échec quand tout ce que vous avez entrepris s’étiole et se désintègre et que vous devez tout laisser aller afin de faire place à la nouveauté ou à la transformation. Si vous vous accrochez et résistez à ce moment-là, cela veut dire que vous refusez de suivre le courant de la vie, et vous en souffrirez.

Il n’est pas juste d’affirmer que le cycle de l’évolution est bon et celui de l’involution, mauvais, sauf dans le jugement de l’esprit. En général, on considère l’évolution comme positive. Mais rien ne peut croître éternellement. Si cela devait être, imaginez un peu la monstruosité et la destructivité qui en résulteraient en bout de ligne. L’involution est nécessaire pour qu’une nouvelle croissance puisse se produire. L’une ne peut exister sans l’autre.

Le cycle de l’involution est absolument essentiel à la réalisation spirituelle. Vous devez avoir connu un grand échec sur un certain plan, une grande perte ou une profonde souffrance pour que la dimension spirituelle vous interpelle. Ou peut-être est-ce le succès lui-même qui a perdu son sens, devenant ainsi un échec ? Derrière tout succès, il y a l’échec et derrière tout échec, le succès. Dans ce monde-ci, c’est-à-dire sur le plan de la forme, tout le monde « échoue » tôt ou tard bien entendu et tout accomplissement revient éventuellement au rien. Aucune forme n’est permanente.

Dans un état de conscience réalisée, vous êtes toujours actif et prenez plaisir à créer de nouvelles formes et circonstances, mais vous n’êtes pas identifié à elles. Telle est la différence. Vous n’avez pas besoin d’elles pour trouver le sens de votre moi. Elles ne constituent pas votre vie, seulement vos conditions de vie.

Votre énergie physique subit elle aussi la loi des cycles. Elle ne peut pas toujours être à son maximum. Il y a des moments où l’énergie est basse et d’autres où l’énergie est haute. Il y a des moments où vous êtes très actif et créatif, mais il y en a probablement d’autres où tout semble stagner, où vous avez l’impression de ne plus avancer, de ne rien accomplir. Un cycle peut durer de quelques heures à plusieurs années. Et dans les cycles longs, des cycles plus courts s’intercalent. De nombreuses maladies proviennent de la résistance aux cycles où l’énergie est basse, cycles pourtant essentiels à la régénération.

La compulsion à passer à l’action et la tendance à vouloir tirer le sens de votre valeur personnelle et de votre identité de facteurs externes comme l’accomplissement constituent une illusion inévitable aussi longtemps que vous restez identifié au mental. Et c’est précisément cette identification qui rend l’acceptation des cycles bas difficile. Sans parler de les laisser être. Par conséquent, et comme mesure d’autoprotection, l’intelligence innée de l’organisme prendra les choses en main et créera une maladie pour vous obliger à vous arrêter, afin que la régénération nécessaire à l’organisme puisse s’opérer.

Maître spirituel Eckhart Tolle
Extrait du livre : Le pouvoir du moment présent – Guide d’éveil spirituel.




Source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pierre Heymann

Tout ce qu’il dit est pompé D’ailleurs … 😉

Roger Dascoloff

Tres bien …👍

Jo Despatie

Merci

ECKHART TOLLE : Les corps de souffrance très denses. (Extrait du livre : Nouve…

ECKHART TOLLE : NOUS SOMMES DES DROGUÉS DE LA PENSÉE (Les enseignements de Eckh…