in ,

ECKHART TOLLE : Les relations en tant que pratique spirituelle. (Image de Eckha…


ECKHART TOLLE : Les relations en tant que pratique spirituelle.

(Image de Eckhart Tolle et sa conjointe Kim Eng )

(Extrait du livre : Mettre en pratique le pouvoir du moment présent)

Chapitre : 7

ECKHART TOLLE :

Comme les humains sont devenus de plus en plus identifiés à leur mental, la plupart des relations ne sont pas ancrées dans l’Être et se transforment donc en source de souffrance du fait qu’elles sont régentées par les problèmes et les conflits.

Si les relations attisent et amplifient les schèmes mentaux et activent le corps de souffrance, comme c’est le cas présentement, pourquoi ne pas accepter cet état de fait au lieu d’essayer d’y échapper ? Pourquoi ne pas coopérer au lieu d’éviter les relations ou de continuer à poursuivre le fantôme du partenaire idéal qui doit prétendument solutionner tous vos problèmes ou vous combler ?

Reconnaître et accepter les faits amène aussi un certain degré de libération par rapport à eux. Par exemple, quand vous reconnaissez qu’il y a un manque d’harmonie et que vous vous appropriez cette prise de conscience, un nouveau facteur entre en jeu grâce à celle-ci, et le manque d’harmonie ne peut rester tel que.

LECTURE MÉDITATIVE :

Quand vous reconnaissez que vous n’êtes pas en paix avec vous-même, cette reconnaissance crée une atmosphère de calme qui accueille le désaccord dans un mouvement tendre et aimant et le convertit par la suite en paix. En ce qui concerne la transformation intérieure, vous ne pouvez rien faire. Vous ne pouvez pas vous transformer vous-même à volonté, pas plus que vous ne pouvez changer votre partenaire ou quelqu’un d’autre. Tout ce que vous pouvez faire, c’est ménager un espace au sein duquel la métamorphose peut se produire, afin que la grâce et l’amour puissent venir.

ECKHART TOLLE :

Alors, chaque fois que la relation entre vous et votre partenaire ne fonctionne pas, qu’elle suscite en vous deux la « folie », réjouissez-vous, car ce qui était inconscient vient d’être amené à la lumière. C’est là une occasion d’accéder au salut.

LECTURE MÉDITATIVE :

À chaque instant, appropriez-vous la reconnaissance de ce moment, en particulier celle de votre état intérieur. S’il y a de la colère, reconnaissez-la. S’il y a en vous de la jalousie, une attitude défensive, une pulsion à vouloir vous disputer, un besoin d’avoir raison, si votre enfant intérieur exige amour et attention, ou bien si vous ressentez une quelconque souffrance émotionnelle, peu importe ce que c’est, reconnaissez la réalité de ce moment et appropriez-vous-la.

ECKHART TOLLE :

La relation devient alors votre sadhana, votre pratique spirituelle. Si vous identifiez chez votre partenaire un comportement inconscient, sachez vous approprier cette prise de conscience dans une attitude d’amour afin de ne pas réagir.

L’inconscience et la reconnaissance de ce qui est ne peuvent pas cohabiter longtemps, même si la reconnaissance se produit chez l’autre et non pas chez la personne qui agit par inconscience. Pour la forme d’énergie qui sous-tend l’hostilité et l’agressivité, la présence de l’amour est absolument intolérable. Si vous réagissez d’une façon quelconque aux attitudes inconscientes de votre partenaire, vous devenez vous-même inconscient. Mais si vous vous rappelez de reconnaître votre réaction, alors rien n’est perdu.

Jamais auparavant les relations n’ont été aussi problématiques et conflictuelles qu’elles le sont actuellement. Comme vous avez peut-être pu le remarquer, elles ne sont pas là pour vous rendre heureux ni pour vous combler.

Si vous continuez à utiliser les relations pour trouver le salut, vous serez constamment déçu. Par contre, si vous acceptez qu’elles existent pour vous rendre conscient et non pas heureux, elles vous amèneront effectivement le salut et vous serez alors en harmonie avec la conscience supérieure désireuse de voir le jour dans ce monde.

Pour ceux qui s’accrochent aux vieux scénarios, il y aura une intensification de la souffrance, de la violence, de la confusion et de la folie.

Combien de personnes vous faut-il pour faire de votre vie une pratique spirituelle? Peu importe que votre partenaire coopère ou pas. La conscience et la santé mentale ne peuvent advenir dans ce monde que par vous. Pas besoin d’attendre que le monde soit sensé ou que quelqu’un d’autre devienne conscient pour vous réaliser. Vous pourriez attendre indéfiniment.

Ne vous accusez pas réciproquement d’être inconscients. Dès l’instant où vous commencez à vous disputer, c’est que vous venez de vous identifier à une position du mental et que vous défendez non seulement cette position mais également le sens de votre identité. C’est l’ego qui prend les choses en main, et vous tombez alors dans l’inconscience. Il est parfois approprié de faire remarquer à votre partenaire certains aspects de son comportement. Si vous restez très vigilant, très présent, vous pouvez y arriver sans faire entrer en jeu l’ego, sans proférer de reproches, sans accuser l’autre ou lui donner tort.

Lorsque votre partenaire se comporte avec inconscience, renoncez à tout jugement. Car, d’un côté, le jugement amène à associer le comportement inconscient d’une personne avec ce qu’elle est en réalité ou, de l’autre, à projeter votre propre inconscience sur l’autre personne et à prendre cette projection pour ce que cette personne est en réalité.

Renoncer au jugement ne signifie pas que vous ne sachiez pas reconnaître une dysfonction ou l’inconscience quand vous les voyez. Cela veut dire que vous êtes « celui ou celle qui reconnaît » au lieu d’être « celui ou celle qui réagit » et qui juge. Vous serez alors totalement libéré de la réaction ou vous réagirez en reconnaissant que vous le faites, créant ainsi un espace où vous observerez la réaction et lui permettrez d’être. Au lieu de vous battre contre l’obscurité, vous faites la lumière. Au lieu de réagir à l’illusion, vous la voyez et, en même temps, vous voyez à travers elle.

Quand vous êtes celui ou celle qui reconnaît, vous ménagez un espace d’ouverture et de présence aimante qui permet à toute chose et à toute personne d’être telles quelles sont. Il n’existe aucun catalyseur aussi puissant que celui-ci pour aller vers la transformation. Si vous vous entraînez à agir ainsi, votre partenaire ne pourra pas rester avec vous tout en restant dans l’inconscience.

Tant mieux si vous tombez tous les deux d’accord pour faire de votre relation une pratique spirituelle. Cela vous permettra l’un l’autre d’exprimer vos pensées, vos sentiments et vos réactions aussitôt qu’ils se présentent. De la sorte, vous ne créerez pas le décalage temporel qui amène une émotion ou une doléance non exprimée ou non reconnue à s’envenimer et à grandir.

EXERCICE :

Apprenez à dire ce que vous ressentez sans faire de reproches. Sachez écouter votre partenaire de façon ouverte et non défensive.

Laissez-lui l’occasion de s’exprimer. Soyez présent. Accuser, attaquer, se défendre, tous ces scénarios destinés à protéger et à renforcer l’ego ou à combler ses besoins deviendront alors désuets. Il est vital de faire de la place aux autres et à soi-même. L’amour ne peut s’épanouir sans cela.

ECKHART TOLLE :

Une fois que vous aurez éliminé les deux facteurs de destruction d’une relation, c’est-à-dire que le corps de souffrance sera métamorphosé et que vous ne serez plus identifié à votre mental et à ses positions, et que votre partenaire aura fait de même, vous connaîtrez tous deux l’extase que représente l’épanouissement d’une relation. Au lieu de vous refléter l’un l’autre votre souffrance et votre inconscience, au lieu de satisfaire les besoins mutuels de vos ego dépendants, vous vous refléterez l’un l’autre l’amour que vous sentez au plus profond de vous, celui qui advient avec la réalisation que vous ne faites qu’un avec le Grand Tout.

ET CECI EST LAMOUR QUI N’A PAS D’OPPOSÉ.

Si votre partenaire est encore identifié au mental et au corps de souffrance alors que vous en êtes déjà libéré, ceci représentera un défi de taille. Non pas pour vous, mais pour votre partenaire. Il n’est pas facile de vivre avec une personne illuminée, ou plutôt, c’est si facile que l’ego trouve cela extrêmement menaçant.

N’oubliez pas que l’ego a besoin de problèmes, de conflits et d’ennemis pour renforcer le sentiment de division dont dépend son identité. Le mental du partenaire qui ne s’est pas réalisé sera profondément frustré parce que plus rien ne s’opposera à ses positions fixes, ce qui voudra dire que celles-ci deviendront « chambranlantes » et affaiblies. Elles courent même le risque de « s’effondrer » complètement, ceci se traduisant par la perte du sens de soi.

Le corps de souffrance exige une réaction et ne l’obtient pas. Son besoin de disputes, de mélodrames et de conflits n’est pas satisfait.

Maître spirituel Eckhart Tolle
(Extrait du livre : Mettre en pratique le pouvoir du moment présent)




Source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

ECKHART TOLLE : COFFRET DE 50 CARTES INSPIRANTES – PAROLES DE SÉRÉNITÉ – CARTE 3…

ECKHART TOLLE: S’ÉVEILLER – Ce n’est qu’en vous éveillant que vous saisirez le …