dans

J’aime Nisargadatta Maharaj. C’était un père de famille remarquablement simple, …


J’aime Nisargadatta Maharaj. C’était un père de famille remarquablement simple, modeste et sans prétention. Il ne prétendait pas avoir échappé à son humanité, l’avoir gommée ou « transcendée » (quel mot !). Il avait une dépendance à la cigarette et est mort d’un cancer de la gorge. Dans son humanité, il n’a jamais prétendu être « parfait » – et en cela réside sa perfection. De son vivant, il a souvent admis qu’il était toujours confronté à des remises en question, même si sa capacité de les traiter était infinie. Il comprenait profondément le paradoxe d’être à la fois absolument humain et absolue conscience, à la fois une unique vague dans l’Océan et l’Océan entier lui-même. Il n’utilisait pas sa (notre) divinité comme un prétexte pour nier, cacher, effacer ou se moquer de son (notre) humanité.

Il savait que « non-dualité » ne signifie pas « contre la dualité ».

Quelqu’un :
« N’avez-vous aucun problème ? »

Nisargadatta Maharaj :
« J’AI des problèmes. Je vous l’ai déjà dit. Etre, exister, avec un nom et une forme est douloureux ! Pourtant, j’aime ça. Dans l’existence, tout est contenu. Ma nature même est d’aimer. Même ce qui est douloureux est aimable.”

« Oui, à l’occasion, une vieille réaction – émotionnelle ou mentale – vient à l’esprit, mais elle est tout de suite remarquée et écartée… »




Source

Qu'en pensez-vous?

18 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Il avait une addiction au tabac …. J’arrive pas à croire qu’on puisse considérer comme éveillé quelqu’un avec des addictions, des attachements aussi stupides que le tabac ….

  2. Pas pour moi. J’ai du mal à croire en un alcolo, un fumeur, un joueur, un obsédé sexuel …. Ses textes peuvent être très bien mais de là à en faire un modèle…. Un modèle de quoi, d’ailleurs?

  3. Les images de ce que doit être un  » éveillé » sont tenaces. Cette idée que l’on se fait de ce que doit être et comment être quand on est spirituel ou « réalisé’. Merci de permettre de balayer tout cela, pour laisser se révéler ce qui a toujours été là. Namaste ??Nisargadatta Maharaj?

  4. D’après de frequents écrits Zen certains maîtres attestés étaient odieux, vivaient dans des tonneaux et pouvaient même frapper les passants sans « raison » apparente: les formes de la sagesse sont multiples et surprenantes, j’ai personnellement croisé un Sadhu en Inde plutôt hirsute et qui avait l’air sévère… Jusqu’à ce qu’il m’adresse un sourire tellement doux et rayonnant que je ne l’oublierai jamais, un unique échange rempli d’amour gravé dans mon coeur.
    Shanti.

  5. Concernant le tabac , le corps a ses habitudes, l’idée idéalisé du sage est un leurre. Prenez Stephen Jourdain l’opposé de l’image habituel du sage, aimant les femmes, fumant comme un pompier, braconnant du gibier….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Page de Jeff Foster

S’EVEILLER DE L’EVEIL J’ai cru des personnes comme l’enseignant spirituel brita…

Vous appelez quelque chose un “problème” quand vous cherchez une solution mais q…