dans

Jean Klein: Voyez que vous vous prenez pour quelqu’un. Généralement nous pens…


Jean Klein: Voyez que vous vous prenez pour quelqu’un.

Généralement nous pensons qu’un objet existe hors de nous-même, qu’il a une existence indépendante, mais c’est seulement une croyance. Ce n’est basé ni sur une expérience ni sur un fait. Le prétendu objet qui serait à l’extérieur de nous a besoin de la conscience pour être perçu. La conscience et son objet ne font qu’un. C’est vous qui créez, projetez le monde d’instant en instant. Quand le corps s’éveille le matin, au même instant le monde s’éveille. Vous projetez le monde; c’est bien vous qui créez le monde d’instant en instant.

Est-ce que vous voulez dire que l’action crée le monde tel que nous le voyons, de telle sorte que lorsque je m’éveille le matin et que je vois la chambre et ce qui s’y trouve, la chambre existe seulement quand je m’éveille?

D’abord, quand vous vous éveillez, vous ne voyez pas la chambre, vous ne voyez que votre mémoire. Vous voyez un angle du plafond et vous dites: «Je suis dans une chambre», mais c’est seulement la mémoire que vous projetez et que vous appelez chambre. Votre vision n’est que fragmentaire. Ce que vous nommez votre environnement est constitué par au moins 80% de mémoire. Quand votre écoute est globale, chaque instant est neuf, sinon il ne s’agit que de répétition. Aussi longtemps que durera le réflexe de vous prendre pour quelqu’un, vous ne verrez que des fragments, et le regard que vous porterez sur votre environnement ne pourra être que fragmentaire. C’est la vision fragmentaire qui crée un problème; sinon il n’y a pas de problème. C’est vous seul qui créez le problème.

Est-ce que cela veut dire que toute relation sera entachée d’un problème?

Absolument. (Rire)

Parce qu’une véritable relation est une non-relation. Par non-relation, j’entends: «Être libre d’être quelqu’un». Quand vous vous prenez pour une personne, vous ne pouvez voir qu’une personne. Mais quand vous vivez dans l’absence de tout ego, vous ne pourrez voir chez autrui, que l’absence de la personne. C’est dans cette non-relation que se trouve la véritable relation; sinon, il n’y a qu’une relation d’objet à objet, de personne à personne, et c’est une source de conflit. Quand vous vous prenez pour une personne, vous vivez dans l’insécurité, étant donné que cela demande un effort pour maintenir en vie la personne, car la personne ne peut exister en dehors de situations: elle est constamment en défense contre l’absence de situations. Énormément d’énergie est gaspillée dans la création de situations, c’est-à-dire dans la création d’une fausse continuité.

Comment se débarrasser de la personne?

Voyez que vous vous prenez pour quelqu’un.




Source

Qu'en pensez-vous?

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Page de Cyril Pad

« Le monde est bâti sur les transactions déshonnêtes, sur la fraude. Mais la plu…

Je mesure la durée – [ailleurslatete]