in

La base de toute spiritualité



 

Quand nous sommes déçus par la spiritualité, c’est souvent parce nous allons vers la spiritualité pour des raisons… décevantes. Pour des motifs superficiels, pour des « siddhi » comme on dit en Inde.


Et pourquoi ? Parce que nous n’avons pas pleinement pris conscience du problème, du problème de la vie. Dans toutes les traditions, l’élan intérieur naît de la réalisation de la souffrance, de l’impermanence et de l’absurdité de nos poursuites ordinaires.

La vie est souffrance. Non par accident, de-ci, de-là, mais par nature. La vie est tissée de souffrance, chez l’homme et chez les autres animaux. Y-a t-il un remède ?

Si je ne réalise pas pleinement ce problème, alors je ne peux pas vraiment aspirer à la solution. Si le diagnostic est partiel, le remède le sera aussi. La guérison sera incomplète et je serai déçu.

Nous négligeons trop souvent cet aspect de la vie intérieure, qui est son pourtant fondement !

Sans connaissance des limites de la vie ordinaire, ma vie intérieure manquera d’élan, d’énergie, je vivrai entre deux mondes et sans doute perdrai-je dans les deux. Sans connaissance des défauts inhérents à l’existence, sans maturité donc, je serai tiède. Je ne serai pas heureux dans la vie ordinaire, mais je ne pourrai pleinement goûter à la vraie vie.

Pour nous aider à méditer sur les limites de l’existence ordinaire, je conseille de méditer l’Essence du yoga selon Vasishta, publié chez Almora, en particulier le début.



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

Musique et son par Hazrat Inay…

Progressistes pour le climat, Jacques Roger-Machart, préface Pascal Lamy