in

La mort de la science et la re…


Traduction libre

« Déni de science ! » Une phrase hargneuse que la plupart d’entre vous ont sûrement entendue à plusieurs reprises. Au début de cette débâcle de Covid, lorsqu’il n’y avait clairement qu’« une seule science » approuvée et présentée par les médias, il a fallu creuser un peu pour trouver d’autres hypothèses scientifiques.

Aujourd’hui, il n’est pas si difficile de voir clairement qu’il existe une science plus profonde, plus solide, qui contredit le courant dominant.

Mais nous entendons toujours le mantra « suivez la science ! » « Vous êtes un négateur idiot de la science ! » et, comme l’a si bien dit Fauci, « si vous êtes contre moi, vous êtes contre la science ! ».

Alors, qu’est-ce que la science ? La première chose que je dirais en définissant la science est ce qu’elle n’est pas… elle n’est pas typiquement consensuelle. Je suppose qu’il y a certaines choses que nous pouvons appeler « science établie », mais même cela est souvent remis en question, certainement au fil des ans, lorsque de nouvelles découvertes sont faites, la « vieille science » est mise de côté pour la « nouvelle science ».

Pourquoi cela ne se produit-il pas encore ? — Probablement parce que la science est vraiment devenue plus une religion qu’un effort systématique (et par nature controversé) pour découvrir les mystères du monde naturel. Les religions sont généralement dogmatiques, ce qui signifie qu’elles ont des règles qui ne doivent pas être remises en question.

Une autorité invisible telle que Dieu, ou un groupe de Dieux, ont historiquement fixé les règles des religions. Aujourd’hui, la « classe dirigeante » autoproclamée — le gouvernement, les Faucis de ce monde, les grandes entreprises pharmaceutiques, ou quelqu’un ou quelque chose d’autre au-delà, fixe les règles de la religion « scientiste ».

Les pouvoirs en place cherchent désespérément à exploiter le pouvoir de la science à des fins maléfiques. Ils souhaitent qu’elle devienne le démon superstitieux qu’ils peuvent lâcher sur quiconque remet en question leur pouvoir et leur autorité. Encore une fois, comme Anthony Fauci l’a si effrontément déclaré, « si vous êtes contre moi, vous êtes contre la science ». Et une personne saine d’esprit, du moins c’est ce qu’ils veulent vous faire croire, ne peut pas être contre la science.

Comment cette « prise de contrôle » de la science est-elle possible ? La « science » est désormais sacrée dans notre monde moderne, et ce depuis un certain temps. La technologie, la médecine, l’ingénierie sont devenues si sophistiquées et si complexes que peu de gens connaissent le sanctuaire de la science qui se cache derrière tout ce qui semble être, pour le profane, de la magie. Il faut être un vrai scientifique pour connaître les secrets les plus intimes de la science.

Ou pas ?

Nous en sommes certainement venus à penser que seuls les prêtres de la science peuvent comprendre la science. Autrefois, c’était le bon sens qui dominait, et ce qu’il ne dominait pas, la religion et la croyance en Dieu le remplaçaient. Aujourd’hui, ni le bon sens ni Dieu n’existent dans l’esprit populaire. Les phrases prononcées par ceux qui écoutent encore leur bon sens, comme « faites vos propres recherches » sont devenues, pour les adorateurs de la science, le mantra de l’imbécile, du crétin qui ne fait pas confiance au « Dieu de la science » pour lui dire ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Le bon sens ne peut pas, pour la plupart des gens, supposer une compréhension approfondie de la science, mais comme maman le disait, « si tout le monde se jette de la falaise, irez-vous avec eux ? ».

Il semble que dans le climat actuel, la plupart des gens sautent de la falaise. C’est un manque de bon sens. Si la science dit qu’il est sûr de sauter, alors nous sautons.

Il n’y a pas si longtemps, nous sommes parvenus à une « science établie » par le biais d’un processus. Beaucoup d’esprits, beaucoup d’expériences, beaucoup d’erreurs (vous souvenez-vous des mille ampoules d’Edison ?) Pendant cette folie de Covid, il n’y a pas beaucoup d’esprits, beaucoup d’expériences, ni beaucoup d’erreurs (pas assez de temps pour les faire). C’est là que le bon sens devrait intervenir — nous devrions remettre en question cette censure, ce manque de débat scientifique — mais pour la plupart, le bon sens a échappé à beaucoup d’entre nous. Sautez de la falaise, les amis… et c’est parti.

Le problème n’est pas la science, le problème ce sont les personnes qui proclament connaître la science. Il n’y a plus qu’un seul (ou un groupe consensuel) « prêtre de la science ». Et les masses ne sont pas assez sophistiquées pour faire la différence entre la science du « sautez de la falaise » et la vraie science.

La science, la vraie science, est morte.

Alors, où intervient la superstition ? Historiquement, la superstition peut être considérée comme l’ombre de la religion. La science étant devenue une religion (à laquelle il faut se fier si les grands prêtres [Fauci et al] nous le disent), la réponse à cette nouvelle religion est largement superstitieuse. Comme la science peut maintenant être créée et justifiée simplement par la parole d’une poignée de personnalités faisant autorité, la croyance en elle (puisque la nouvelle science n’a pas à être justifiée par l’expérimentation, la documentation et le débat entre scientifiques) est alors une superstition.

Combien d’exemples pouvez-vous trouver qui défient toute forme de logique ou de raison ? J’en citerai quelques-uns : les confinements, les masques, la distanciation sociale, la ségrégation des non-vaccinés pour empêcher les vaccinés d’être infectés, la vaccination des enfants de 5 ans pour prévenir une maladie que personne n’attrape à 5 ans, l’ignorance des options de traitement viables pour le Covid qui fonctionnent réellement.

Dois-je en dire plus ? Je ne m’étendrai pas sur le sujet, vu que ceux qui lisent ce texte n’ont pas besoin d’explication.

Aucun de ces exemples n’a de fondement scientifique, les prêtres de la nouvelle science nous ont simplement « dit » que ces choses étaient fondées sur une enquête et une expérimentation scientifiques. Mais nous savons qu’il n’en est rien.

Il n’est même pas nécessaire de s’y connaître en sciences pour le savoir. Ce sont des choses qu’une personne ayant reçu une éducation de 8e année se gratterait la tête. Mais on nous dit que nous sommes des négateurs de la science en remettant cela en question. On nous dit que les médecins qui remettent cela en question sont des charlatans, que les scientifiques qui remettent cela en question sont des pseudoscientifiques. Ceux qui considèrent cela comme des vérités sans les remettre en question sont, à mon avis, superstitieux.

La définition de la « superstition » est « une croyance largement répandue, mais injustifiée en une causalité surnaturelle ». Dans le contexte de cet article, la « causalité surnaturelle » est constituée par les hypothèses irrationnelles et vides que les gens semblent considérer comme des « causalités naturelles » — si vous interrogez ces personnes sur ce point, c’est-à-dire si vous leur demandez d’expliquer pourquoi une personne vaccinée a besoin d’être protégée d’une personne non vaccinée (dans notre effort rationnel pour découvrir la « causalité naturelle » d’une hypothèse scientifique), elles se mettront à vous crier dessus en vous traitant d’idiot, de négationniste de la science ou de toute autre chose tout aussi désagréable.

« J’espère que vous aurez le Covid et que vous mourrez ! » OK. Merci.

La renaissance de la superstition.

Tout cela n’est en fait qu’une manifestation du problème fondamental : la majeure partie du monde souffre d’une psychose de masse de type sectaire.

En fait, ce n’est probablement pas le cas de la majorité du monde. Je reviens d’un séjour de deux semaines en Égypte. Personne, ou très peu, ne portait de masque. Et ceux qui en portaient étaient surtout des touristes.

Les gens souriaient, riaient, s’embrassaient et se serraient la main. Il y a deux raisons principales à cela : premièrement, ce sont des personnes très religieuses qui pensent que si Allah dit qu’il est temps de partir, vous partez. Si Allah dit qu’il n’est pas temps de partir, rien ne vous fera tomber. La deuxième raison est qu’ils ne font pas confiance à leur gouvernement, qu’ils ne l’ont jamais fait et ne le feront probablement jamais.

Il n’y a pas de « prêtres de la nouvelle science » pour redéfinir la science. En fait, ils ne semblent pas se soucier beaucoup, de toute façon, de ce que la science a à dire sur la plupart des choses. Leur vie est entre les mains de leur créateur, et c’est bien suffisant.

Pourquoi les dirigeants de nombreuses autres nations, comme les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie et bien d’autres encore, ont-ils tué la vraie science ?

Eh bien, c’est pour un autre article, mais je pense que vous le savez déjà.

***

Todd Hayen est un psychothérapeute agréé qui exerce à Toronto, dans l’Ontario, au Canada. Il est titulaire d’un doctorat en psychothérapie des profondeurs et d’une maîtrise en études de la conscience. Il se spécialise dans la psychologie jungienne et archétypale.

Texte original : https://off-guardian.org/2021/11/13/the-death-of-science-and-the-rebirth-of-superstition/



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Revue 3e millenaire

BDM relie la volonté chez l’homme à son systeme nerveux…et place le doute comm…

Tant que tu doutes tu n’es pas dangereux au regard des forces astrales. Quand tu…