dans

La non dualité Est devenu un plat très fade Pour certains Qui se déshumanise De …


La non dualité
Est devenu un plat très fade
Pour certains
Qui se déshumanise
De l existence
Il n y a rien faire
Rien à foutre
Il n y a personne
Un blablabla incessant dans lequel on perd toute humanité
Fuite
Peur d exister
Peur d Aimer
On préfère vivre comme un fantôme en s effaçant un peu plus dans l ignorance
Que de faire face à ce que la vie nous impose
Bienvenue dans cette nouvelle ère
On s efface de la dualité
Et on s emprisonne dans la non dualité
Pour finalement vivre qu à moitié

Cyril pad




Source

Qu'en pensez-vous?

29 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Peut-être que trop c’est trop dès que l’on se situe sur un seul plan concernant notre nature ? Celle-ci réside peut-être plutôt en toutes choses entre terre et ciel ? ???????

  2. Ton partage est en résonance avec les posts récents de Jeff Foster. Ceci dit la spiritualité est souvent un cache-misère, un moyen d’éviter de rencontrer son ombre où siège pourtant une bonne partie de notre humanité.
    A la Grâce de Dieu.

  3. Éviter de rencontrer son ombre …Pas vraiment quand le deuil,la douleur physique sont là…La paix intérieure calme les turbulences du corps et de l esprit..Le cœur sait la raison comprend disait Pascal….Si la personne s efface le cœur guide..laissons  » nous » faire..??????
    Sri Ramana nous dit « Soyons l etat primal spontané  »
    En cette veille de Noël ,fête de l Amour, je partage mon cœur avec tous

  4. Encore une quête, recherche, fuite …. ????? Merci Amour ???? Y a juste à observer les enfants qui sont nos plus grands maîtres ???? Je t’aime ??

  5. La non dualité est elle le frein de l élan du cœur ?
    Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas…
    Nous nous trompons sans arrêt meme sur le propre jugement porté à soi..
    Le blablabla reste toujours utile à notre discernement..c est un écho prolifique…qui nourrit notre monde intérieur….???

  6. Il y a d’autres manières de vivre l’Adavaïta si j’en crois les maîtres que j’ai connus… heureusement! Ne pas confondre l’enfermement dans l’ego et la non-dualité qui est plutôt communion avec le Tout et génère donc de l’empathie. Bien cordialement

  7. La fuite prend parfois des proportions incroyables. Je l’ai vu chez moi. Bref, c’est en en faisant l’expérience que j’ai vu que c’était pas ça. Et comme tout, la non-dualité est possibilité d’ouverture ou de fermeture. Rien de nouveau sous le soleil ?

  8. La non dualité n’est pas séparée de la dualité. Nous vivons tous ensemble, il y a une nécessité que les histoires des uns éclairent celles d’autres ; nous pointent tout ce que nous n’avons pas envie d’être.

  9. BRÛLER POUR LA VÉRITÉ

    « Le cœur ne sera jamais satisfait par une simple logique, de simples mots, de simples platitudes. La vraie spiritualité n’est pas un confort – c’est une fournaise, qui brûle vos espoirs et vos rêves chéris, vos croyances dépassées sur la vie, l’univers et toute chose.

    Beaucoup cherchent « des sentiments agréables, heureux, bons, chaleureux, rassurants, positifs », et confondent cela avec la vraie spiritualité. Cela a également sa place.

    Pendant de nombreuses années, j’ai cru que l’éveil avait à voir avec me séparer de la vie, me protéger de la douleur, être « au-dessus » ou « au-delà » de toute préoccupation humaine, vivre dans des états de béatitude sans inquiétude.
    Découvrir le témoin silencieux, le paisible arrière-plan, l’immuable Soi, le vide « derrière » la forme, a été très nécessaire, à un moment, après presque vingt-cinq ans de souffrance psychologique insupportable. J’avais besoin d’un lieu de repos.

    Mais le détachement n’était pas le « point final », comme certains des enseignements le promettaient. Le détachement, en effet, était devenu encore un autre point épineux – une autre chose à laquelle s’accrocher, une autre cachette pour le chercheur. Ce qui est venu ensuite a été plus frappant.

    L’effondrement même du vide, la dissolution du témoin silencieux, la révélation que la conscience n’est pas « derrière » la forme, mais qu’elle se façonne en tant que forme.
    Plus aucune division – plus de protection contre la vie.
    Plus de platitudes ou de certitudes mentales, ni de réconfortants « bons sentiments » auxquels se tenir.
    Maintenant, face à la vie, nu, sans protection – sans les promesses.

    Une fournaise d’intégration, un feu pour chaque satané concept que j’avais jamais eu à propos de l’amour, de l’éveil, de Dieu, de la spiritualité, de moi-même.
    La vie elle-même était le grand enseignant que j’avais toujours cherché, et les doutes ont été ravagés dans le feu.

    J’ai été fortement « contre » certains enseignements spirituels, les labellisant « faux », « dualistes », ou même « dangereux », mais je réalise maintenant que chaque enseignement a sa place, que chaque chemin a ses bienfaits, et que l’univers est assez vaste pour contenir tout cela ; et qui suis-je pour juger ?

    Nous ne pouvons savoir ce qui est nécessaire pour chaque chercheur, dans chaque contexte, à chaque instant.

    Ce que nous pouvons dire, c’est ceci : de simples mots, de simples promesses, de simples gentillesses ne satisferont pas longtemps la faim brûlante de Vérité.
    Et ce feu vous attirera finalement vers cette confrontation directe à laquelle vous avez toujours secrètement aspiré.
    A la fin, l’Anneau doit tomber sur la montagne du Destin.
    Il ne peut être détruit qu’à l’endroit où il a été forgé.
    Le moment présent. »

    Jeff Foster

  10. on est comme on est … de toute façon, « voir » n’a jamais empêché le jeu de se jouer … ça fait aussi partie de l’inouï, l’inconcevable vécu « on live » <3 <3 <3

  11. C’est un truc pour le mental. Ça attire les « cérébraux « comme moi. Mais comme ça ne nourrit que le mental, ils restent sur leur Faim. Et puis on passe à Autrechose, ou pas ?

  12. La Vie englobe tout… le duel, le non-duel, le vrai et le faux… nos mots expriment notre expérience et compréhension de l’instant… merci Cyril de partager avec authenticité ton intériorité… de l’instant… ??

  13. Ça fait partie de l’errance, de la recherche, des interpretations, confusions du chercheurs, de la recuperation mentale des concepts. Si le Guru ne deracine pas tout concept ou ne les inclus pas.
    Il y a toujours un moment où ça va te ramener sur terre, la vie s’en charge.
    Les chercheurs ne partent pas tous du même point de recherche. Beaucoup d’être humain cherche un sens et sortir de leurs conditionnements, avec l’illusion de ce leur apporterait l’eveil selon leurs projections. Et là, est bien le chemin de chacun avec son lots de voies sans issue. On prend un concept, on le lache pour un autre et ainsi de suite. Ça use, use, jusqu’à qu’une vue plus claire soit possible, et reconnaitre qu’elle restera limitée, et devra de toute façon inclure et digerer la dualit?.
    Le cuir a besoin de la tannerie pour bien veillir et s’assouplir.
    Le vin est meilleur gardé dans certaines conditions.
    Ça s’amuse ( user l’âme) et on adore ça quand même, sinon, on passerait pas notre temps à relancer la ligne de la canne à pêche…..

  14. En relisant ton message je remarque que je suis tout à fait en accord avec toi. Ce qui me surprend et à la fois m’exaspère ce sont ses disciples qui parle exactement et parfois même au mot près comme leur enseignant. Ils vous disent que le moi n’existe pas, que vous êtes en train de rêver et que vous, vous ne pouvez rien faire puisque vous n’existé pas. Il est sûr qu’avec ça les gens se sentent aidé. Comme je le fait depuis des années, ils pourraient au moins tenté de faire comprendre à ce moi sa parfaite inutilité. Dire au gens, le moi n’existe pas c’est ce foutre de la gueule du monde car même si ce moi est une illusion il est là est bien là et c’est justement à partir de cette constatation que l’on peut faire avancer les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Page de Cyril Pad

Bonne soirée à tous

Ce sont des précisions pertinentes et appropriées pour ceux qui entre dans cette…