in

La philosophie, juste « intellectuel » ?



J’entends souvent dire que tel discours est vrai, mais qu’il est seulement « intellectuel ». La philosophie, de même, serait seulement « intellectuelle ». On parle aussi de compréhension « intellectuelle ».

Dans ces exemples, « intellectuel » est synonyme de « superficiel ». On dit encore que « ce ne sont que des mots », pour dire (encore des mots !) que ces mots sont impuissants à produire en l’âme quelque changement réel, profond et durable.

Mais 

1) Ce genre de cliché est lui-même fait de mots et il est donc lui aussi « juste intellectuel ». S’il est vrai, il est donc lui aussi superficiel et stérile – s’il est vrai. Et l’on rencontre plusieurs autres slogans qui souffrent du même défaut (ils sont faux s’ils sont vrais) : »C’est un jugement », « c’est le mental », ainsi que leurs variantes.

2) Que « intellectuel » soit « superficiel », cela est un jugement qui manque de sincérité. On le voit à un fait très simple : si, vraiment, la réflexion philosophique et le débat intellectuel étaient « superficiels », « seulement des mots » et incapables de produire un effet réel, alors ceux qui soutiennent cette opinion devraient se comporter en conséquence. Je veux dire que, si les mots et les idées sont sans importance réelle, alors ils devraient rester calmes en tout échange. Il en va comme ceux qui disent que tout est un rêve et qu’ils sont éveillés à cette vérité. Si vraiment je suis en train de rêver et que je le sais, alors je dois me comporter en conséquence ; en gros, avec équanimité.

Or, je constate que les mêmes gens qui affirment que « ce ne sont que des mots » réagissent fortement aux mots, aux idées. Ils ne restent pas sereins face à certaines idées qui pourtant ne sont « que des concepts » ». Ils s’emportent ou se laissent emporter par la feu des mots, comme s’ils y croyaient ou plutôt, comme si les mots étaient loin d’être superficiels, comme s’ils avaient un réel pouvoir sur le réel. Comme si les mots étaient vrais. Et de fait, je suis d’accord avec leurs réactions, je pense qu’il y a des idées graves, puissantes et sérieuses. Des idées qui tuent, qui bouleversent, qui changent des vies…

La réflexion philosophique est donc une PRATIQUE qui engage tout l’être. Débattre, discuter, penser seul ou en groupe, cela n’est pas anodin. C’est une pratique. La philosophie est une pratique de transformation de soi. Penser, c’est se transformer en transformant sa vision du monde. 

Pratiquer la philosophie est difficile. Cela demande de prendre du recul par rapport à nos opinions sans pour cela tomber dans le scepticisme. Il faut exercer l’écoute, l’ouverture d’esprit, la curiosité, l’analyse, la maîtrise de soi, la mémoire, la concentration, la patience, l’humilité. La philosophie est une pratique physique qui enseigne, a minima, la maîtrise de soi.

Si vraiment la philosophie était une pratique superficielle, les gens devraient pouvoir débattre sans jamais s’émouvoir. Or, on constate qu’il n’en est rien. Pourquoi ? Parce la pensée est un vrai pouvoir. Bien sûr, on devrait, par la pratique justement, apprendre peu à peu à prendre du recul. Mais cela demande de la pratique. Un exercice quotidien.

La prochaine fois que vous avec le réflexe d’employer l’adjectif « intellectuel » dans le sens péjoratif de « superficiel », observez comme des mots qui ne sont « que des mots » peuvent facilement vous toucher au plus profond. Et réfléchissez. La pensée est-elle vraiment si superficielle ? Et si la pensée est toujours superficielle, alors cette pensée même est superficielle.

Dès lors, n’est-il pas plus judicieux de pratiquer l’art de penser ? Sans le dénigrer, sans l’idolâtrer. Mais en s’exerçant avec patience et jusqu’à la fin de notre vie, humblement, chaque jour un peu ?



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

D’où viennent les pensées ? Qu…

Oui mais pourquoi ce besoin. Lorsque une idee sur Michel Fromaget sur Berdiaev, Zundel et Tresmontant