in

Le ciel nous tombe sur la tête…


Île de Texel, début juin 2022

« Le ciel nous tombe sur la tête ! Le ciel nous tombe sur la tête ! »
a pleuré Chicken Little.
Et le ciel est tombé, et personne n’a écouté, et tout était calme.

Une recherche dans la littérature scientifique sur le thème « électromagnétique » + « effets biologiques » aboutit au nombre étonnant de 76 400 études, soit plus d’études que pour la plupart des autres menaces environnementales. Pourtant, le monde continue de regarder, mais reste aveugle, écoute, mais reste sourd, confondant le silence avec le confort, les flammes qui s’avancent avec un avenir radieux.

Sur l’île néerlandaise de Texel, qui se trouve à l’extrémité sud d’une ligne d’îles séparant la mer des Wadden de la mer du Nord, une importante colonie d’oiseaux marins reproducteurs appelés sternes caugek (« grandes sternes » en néerlandais) a fait la une des journaux le mois dernier en mourant. Sur les 7 000 oiseaux qui nichaient dans la réserve naturelle de De Petten jusqu’à la fin mai, il n’en restait plus aucun à la mi-juin. 3 000 cadavres d’oiseaux ont été collectés, les autres étant morts ou ayant abandonné leur nid.

La correspondante qui m’a envoyé cette nouvelle, Antonia, aux Pays-Bas, m’a également renvoyé à un site web néerlandais qui surveille toutes les tours et antennes cellulaires du pays. La catastrophe des sternes était attribuée à la « grippe aviaire » et elle soupçonnait qu’il pouvait s’agir d’autre chose. Lorsque j’ai consulté le site, j’ai été stupéfait. Les 35 premières sternes mortes à De Petten ont été trouvées le 29 mai 2022. Il y a trois tours de téléphonie mobile en bordure de la réserve, et en fait sur le territoire où vivent les sternes. Selon le site web, 18 nouvelles antennes 4G viennent d’être ajoutées à ces tours : 6 par Vodafone à sa tour de 83 pieds le 25 mai 2022, et 12 par KPN à sa tour de 108 pieds le 29 mai 2022. Le nombre de fréquences émises par ces deux tours était passé de 5 à 11 dans la nuit.

En plus d’avoir toutes ces antennes directement sur la réserve, De Petten est situé sur le bord nord d’une voie navigable qui sépare la mer du Nord de la mer des Wadden, et un grand nombre d’antennes des deux côtés de cette voie navigable — les antennes de Den Helden au sud et les antennes de Texel au nord — sont orientées vers cette voie navigable très fréquentée, qui est intensément utilisée par les navires qui y passent continuellement. Par conséquent, d’après mes recherches, il y a un total de 105 antennes 4G dans un rayon de 7 miles autour de De Petten qui sont directement orientées vers cette voie navigable.

Les sternes de Texel étaient-elles déjà en mauvais état à cause de toutes les radiations auxquelles elles avaient été exposées ces dernières années ? Et l’augmentation soudaine du nombre d’antennes et de fréquences les a-t-elle finalement tuées ?

J’ai décidé d’approfondir mes recherches. Ce que j’ai découvert, tant aux Pays-Bas qu’ailleurs, est cohérent, mais pas simple. Voici quelques règles approximatives :

(a) Une augmentation soudaine et spectaculaire du nombre d’antennes et de fréquences dont la source se trouve à l’intérieur d’une colonie de reproduction ou à sa frontière est mortelle. Les oiseaux nicheurs ne peuvent éviter le rayonnement ; ils doivent soit abandonner leur nid, soit mourir.

(b) L’effet des antennes dirigées à distance vers une colonie de reproduction dépend de la population humaine. Dans une région faiblement peuplée, les antennes émettent peu de rayonnements et peu de fréquences, car peu de personnes les utilisent. En revanche, les tours de téléphonie cellulaire situées dans les grands ports sont très utilisées, tant par les habitants que par les navires, et émettent un rayonnement maximal. Il en va de même pour les antennes orientées vers des voies de navigation très fréquentées.

(c) La distance n’a pas autant d’importance que le terrain et la hauteur de la tour. Le rayonnement d’une tour plus haute se propage plus loin. Et lorsqu’il n’y a rien d’autre que de l’eau entre la tour et la colonie d’oiseaux, l’eau réfléchit et amplifie le signal et la distance importe très peu.

(d) Les tours 4G sont généralement pires que les tours 5G. Cela s’explique par le fait que les tours 4G diffusent leurs rayonnements dans toutes les directions, tandis que les tours 5G émettent la plupart de leurs rayonnements dans des faisceaux focalisés, visant directement les personnes tenant des téléphones 5G dans leurs mains.

En gardant ces règles à l’esprit, examinons quelques autres colonies de reproduction de sternes caugek et voyons ce qui leur est arrivé cette année :

Une autre grande colonie de reproduction de sternes caugek a fait les gros titres un peu plus tard, et pour la même raison : celle de Waterdunen, à l’autre bout des Pays-Bas, dans la province de Seeland. Comme De Petten, la réserve naturelle de Waterdunen est située sur une voie de navigation très fréquentée, à l’entrée d’un port très actif. La plus grande colonie de ces oiseaux aux Pays-Bas, Waterdunen a accueilli 7 000 couples de sternes venus d’Afrique pour s’y reproduire ce printemps. Mais le 24 juin 2022, il a été signalé que 4 600 sternes caugek adultes et jeunes morts y avaient été recueillis au cours des deux semaines précédentes. À la fin du mois de juin, cette colonie n’existait plus non plus.

La réserve naturelle de Waterdunen compte 318 antennes 4G très utilisées, orientées dans sa direction à des distances allant de 0,5 à 8 miles. La plupart d’entre elles émettent entre 1 000 et 2 000 watts de rayonnement chacune. 46 de ces antennes sont nouvelles, ayant été ajoutées à des tours existantes en avril, mai et juin 2022. Une tour de 55 pieds située à moins de 3 km de la plage de Waterdunen est passée le 18 mai 2022 de 6 à 12 antennes et de 2 à 4 fréquences. Un autre pylône de 40 pieds situé au même endroit est passé le 22 juin 2022 de 6 à 18 antennes et de 2 à 6 fréquences. Comme les sternes caugek se nourrissent de poissons, ce pylône se trouve dans la zone de recherche de nourriture de cette colonie.

Est-ce que la même chose est arrivée à toutes les sternes caugek nichant aux Pays-Bas ? Non. À seulement 30 km de Waterdunen se trouvait une petite colonie de sternes en bonne santé dans une réserve naturelle appelée Yerseke Moer. Et d’avril à juillet, c’est-à-dire pendant toute la saison de nidification de 2022, cette colonie a prospéré et aucun oiseau mort n’y a été trouvé. Contrairement à De Petten et Waterdunen, cette réserve est située dans un endroit relativement isolé, n’est pas proche d’un grand port et ne se trouve pas sur une voie de navigation. Au total, 35 antennes 4G sont dirigées vers cette réserve à des distances allant jusqu’à 8 miles. Seules deux de ces antennes ont été ajoutées depuis avril.

De même, en France, deux très grandes colonies de sternes ont connu deux expériences complètement différentes. Dans la réserve naturelle du Platier d’Oye, près du port de Calais, une colonie de 3 000 sternes caugek a commencé à nicher en avril. Les 100 premiers oiseaux morts ont été découverts le 20 mai et, en quelques semaines, la colonie a été presque entièrement décimée.

La situation au Platier d’Oye est similaire à celle qui prévaut plus au nord à Texel : des dizaines de nouvelles antennes 4G et 5G ont été ajoutées près de la réserve au cours des mois de mai et juin. 3 nouvelles antennes 4G et 6 nouvelles antennes 5G ont été ajoutées à une tour cellulaire existante de 90 pieds bordant la réserve. Six autres nouvelles antennes 4G et six nouvelles antennes 5G ont été ajoutées à un pylône existant de 140 pieds, à environ trois kilomètres au sud-est. Six autres nouvelles antennes 4G et six nouvelles antennes 5G ont été ajoutées à une tour existante de 95 pieds à environ trois kilomètres à l’est. À l’heure où nous écrivons ces lignes, il y a le nombre stupéfiant de 355 antennes de toutes sortes sur 26 tours à 13 endroits allant de 10 pieds de haut à 255 pieds de haut dans un rayon de 4 miles autour de cette réserve naturelle.

Une colonie encore plus importante — la plus grande colonie de reproduction de sternes caugek en France — n’a pas connu de maladie pendant la saison de reproduction 2022. Elle s’appelle le Polder de Sébastopol et accueillait plusieurs milliers de couples d’oiseaux nicheurs. Mais comme Yerseke Moer, elle se trouve sur une île isolée avec peu de résidents humains. La superficie de l’île est en grande partie consacrée à des parcs, des réserves naturelles et des hébergements pour les visiteurs. Aucune des antennes des deux tours de téléphonie cellulaire situées à un demi-mile à l’ouest du Polder n’est dirigée vers elle. Et même si un grand nombre d’antennes situées entre un et quatre milles de là sont directement orientées vers le Polder, aucun navire ne passe au large et ces antennes sont peu utilisées, sauf par les visiteurs de la réserve qui se promènent sur ses sentiers.

En examinant les détails et les différentes expériences vécues dans des colonies de reproduction particulières de ces oiseaux, l’histoire officielle s’effondre. Comment comprendre l’extermination d’un si grand nombre de ces oiseaux en l’espace de quelques semaines dans des endroits aussi dispersés ? Selon les organisations de protection des oiseaux, la grippe aviaire est si contagieuse qu’elle se propage en quelques jours parmi les sternes caugek dans toute l’Europe, alors qu’elle est si peu contagieuse qu’une petite colonie de sternes située à 30 km de là s’en sort indemne. La grippe aviaire se propage d’un bout à l’autre des Pays-Bas en quelques jours, mais pas entre deux colonies néerlandaises distantes de 30 km, ni entre les deux plus grandes colonies françaises ?

Apparemment, les organisations de protection ne trouvent pas non plus étrange que, soudainement et pour la première fois, en 2022, la grippe aviaire (a) tue des sternes caugek et (b) survienne pendant leur saison de reproduction. Depuis des décennies que nous les surveillons, la grippe aviaire n’a jamais touché les sternes caugek dans le monde. Il s’agit d’une maladie saisonnière, qui ne se manifeste qu’en automne et en hiver, et qui n’a jamais touché aucun type d’oiseau sauvage au printemps et en été jusqu’en 2022. Elle n’a jamais non plus touché autant d’espèces d’oiseaux sauvages en même temps : sternes, mouettes, avocettes, fous de Bassan, labbes, guillemots, macareux, huîtriers, canards, oies, barges, faisans, pies, sanderlings, cigognes, grues, pélicans, hérons, cygnes, plongeons, moineaux, pigeons, carouges à épaulettes, hiboux, cormorans, grèbes, dunlins, corbeaux, corneilles, aigles à tête blanche, faucons, vautours. Les organisations d’oiseaux et les autorités réagissent par réflexe en portant des masques et des combinaisons de protection lorsqu’elles visitent ces colonies et manipulent des oiseaux morts. Mais elles devraient commencer à s’interroger sur la cause d’une telle catastrophe sans précédent.

Il ne fait aucun doute que les oiseaux malades ont été testés positifs à un virus appelé H5N1. Mais lorsque chaque laboratoire d’analyse amplifie constamment des fragments de ce virus dans un nombre incalculable de tests PCR, on doit soupçonner que les murs, les sols, l’air, les équipements et le personnel des laboratoires d’analyse sont contaminés par ce virus. Lorsque l’on se souvient que les échantillons d’une chèvre, d’une caille et d’une papaye, envoyés au Laboratoire national de santé de Tanzanie, sont tous revenus positifs pour le COVID-19, les résultats des tests PCR, qu’ils concernent des personnes, des oiseaux ou des fruits, doivent être considérés avec prudence. Oui, les oiseaux et les humains tombent malades et meurent, mais il y a un autre facteur évident qui est ignoré. La tendance à imputer toutes les maladies aux micro-organismes est en train de détruire notre monde.

C’est l’irradiation incontrôlée de notre monde qui nous tue et fait disparaître tous les oiseaux. Les antennes 4G et 5G sont érigées plus rapidement et en plus grand nombre que jamais, non seulement sur terre, mais même à la surface de la mer. Partout où il y a des parcs éoliens en mer, les compagnies de téléphonie cellulaire placent des tours cellulaires sur ces plateformes. Les oiseaux de mer n’auront bientôt plus d’endroit pour pondre leurs œufs et élever leurs petits, mais ils ne pourront même plus chasser leur nourriture et nourrir leurs petits sans être irradiés. La plus grande entreprise qui construit des tours de téléphonie cellulaire à la surface de la mer s’appelle Tampnet. Voici une carte de toutes leurs tours et de leurs zones de couverture en mer du Nord et dans le golfe du Mexique : https://www.tampnet.com/coverage-maps.

En 1918, au plus fort de la grippe espagnole, des équipes médicales de Boston et de San Francisco ont tenté de démontrer la nature contagieuse de la grippe et ont essuyé un échec total et retentissant. Ils ont recueilli des sécrétions muqueuses de la bouche, du nez, de la gorge et des bronches de malades de la grippe à différents stades de la maladie et ont transféré ces sécrétions dans le nez, la gorge et les yeux de centaines de volontaires sains. Ils ont injecté du sang de malades de la grippe à des volontaires sains. Ils ont fait asseoir des volontaires sains nez à nez avec des patients grippés gravement malades pendant qu’ils se parlaient, puis le patient a toussé cinq fois directement dans le visage du volontaire. Aucun des volontaires n’a été malade d’aucune manière. Ces expériences ont été publiées dans le Journal of the American Medical Association, le Boston Medical and Surgical Journal et Public Health Reports.

Les chevaux ont également contracté la grippe, et les tentatives de transmission de la grippe d’un cheval à un autre se sont soldées par un échec similaire. À la suite de ces expériences, le lieutenant-colonel Herbert Watkins-Pitchford a écrit qu’il ne pouvait trouver aucune preuve que la grippe se soit jamais transmise directement d’un cheval à un autre.

Nombreux sont les scientifiques qui, au fil des ans, ont observé que la grippe, qu’elle touche les humains, les chevaux, les oiseaux ou les porcs, est une maladie extrêmement étrange. Personne n’a jamais expliqué pourquoi la grippe est saisonnière, par exemple. Ou pourquoi les épidémies de grippe prennent fin. Ou pourquoi les épidémies hors saison ne se propagent pas. Ou pourquoi les épidémies de grippe explosent sur des pays entiers en une seule fois, et disparaissent tout aussi miraculeusement, comme si elles étaient soudainement interdites. Ou comment la grippe humaine peut se propager dans le monde entier en quelques jours, et l’a toujours fait, même il y a des siècles, lorsque ni les avions, ni les automobiles, ni les chemins de fer, ni les bateaux à vapeur n’existaient. Au moins 23 scientifiques au fil des ans, dont Richard Shope, le scientifique qui a identifié pour la première fois le virus de la grippe en 1931, ont publié des articles remettant en question la nature contagieuse de la grippe et/ou suggérant une cause électrique.

Les chapitres 7, 8 et 9 de mon livre d’une importance capitale, L’Arc-en-ciel invisible – L’histoire de l’électricité et de la vie, sont consacrés à un examen complet et détaillé de l’histoire et de la science de la grippe. Le chapitre 16, le plus long du livre, est consacré en partie aux effets des rayonnements électromagnétiques sur les oiseaux. Je suggère à toutes les organisations de protection des oiseaux d’acquérir mon livre et de le lire attentivement.

 

Faire un don

Arthur Firstenberg

Auteur, The Invisible Rainbow: A History of Electricity and Life [ou en Français]

Administrateur, International Appeal to Stop 5G on Earth and in Space

Caretaker, ECHOEarth (End Cellphones Here On Earth)

P.O. Box 6216

Santa Fe, NM 87502

USA

téléphone : +1 505-471-0129

info@cellphonetaskforce.org

28 juillet 2022

Les 44 dernières lettres d’information, y compris celle-ci, peuvent être consultées sur la page des lettres d’information de la Cellular Phone Task Force. Certaines de ces lettres sont également disponibles en allemand, espagnol, italien, français, norvégien et néerlandais. À partager en PDF : Les oiseaux sur l’île de Texel. À partager sur Facebook 

Pour vous abonner, allez sur www.cellphonetaskforce.org/subscribe

 



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Revue 3e millenaire

incultes ou malhonnêtes ? – Dominique Vidal – VOLTE & ESPACE

In the footsteps of Rumi – Constantinople – VOLTE & ESPACE