in

Le Tantra est la vérité du Veda


 

Dans son Poème pour reconnaître le Seigneur en soi (Īśvarapratyabhijñākārikā), Outpala Déva démontre ainsi que la conscience, c’est-à-dire le Soi, notre essence, est divine :

tathā hi jaḍabhūtānāṃ pratiṣṭhā jīvadāśrayā
jñānaṃ kriyā ca bhūtānāṃ jīvatāṃ jīvanaṃ matam // 

[La conscience est divine] car le fondement des choses privées de conscience propre est ce qui est vivant. Or, l’omniscience et l’omnipotence sont la vie même de ce qui est vivant ». (I, 1, 4)

Je ne vais pas ici expliquer ce verset, qui résume la philosophie de la Reconnaissance. Disons seulement que le monde dépend des êtres vivants (jîva), c’est-à-dire de leur conscience. Or, la conscience est omnisciente et omnipotente. Ces attributs sont divins. Donc, la conscience ou la vie sont divines.

Mais pourquoi, dans ce verset, Outpala Déva emploie-t-il le mot « vie » ou « être vivant » plutôt que « conscience » ? Son propos serait alors plus clair, non ? De plus, l' »être vivant » (jîva), cela renvoie à un être mortel, périssable, limité, à un individu. 

La réponse, à mon avis, tient en deux points. Et il y a une réponse, bien sûr, car Outpala Déva ne choisissait pas ses mots au hasard.

La première est que la philosophie tantrique de la Reconnaissance ne nie pas totalement l’individu. Comme le monde, l’individu n’est pas une pure illusion. Il est plutôt une création du Créateur, c’est-à-dire de la conscience universelle. 

La seconde est la suivante : Dans la tradition indienne au sens large, le Dharma, l’ordre naturel et juste des choses, dépend de la proximité de chaque chose à la vie. Plus une chose ou un être sont « vivants », plus ils sont purs et placé haut dans la hiérarchie. Plus ils sont proches de la mort, plus ils sont situés bas. Ce principe permet d’expliquer de nombreux détails des coutumes indiennes.

Et donc, en disant que la conscience est vie, Outpala Déva fait un clin d’œil en direction de cette vision orthodoxe. Mais il la subverti, car si la « vie » est « conscience », alors tout ce qui est proche de la conscience ou qui stimule ou éveille la conscience, est « pur ». Or, la viande (la nourriture) et l’alcool (consommés en juste quantité) éveillent la conscience, l’intensifient. En termes tantriques, ils désinhibent la conscience et la révèlent comme félicité, car comme le Veda l’affirmait déjà, « le brahman (l’absolu) est félicité » ou plaisir. De même, les sécrétions sexuelles (il faudrait trouver un terme plus élégant) proviennent de la conscience intensifiée, et ils ont le pouvoir insigne de créer semble-t-il cette conscience à partir de la matière. 

Ces trois – nourriture, boisson fermentée et sécrétions sexuelles – sont les trois mystère du Tantra, en particulier de la tradition Kaula. En disant que la conscience est vie, Outpala Déva envoie donc un message aux tenants de l’orthodoxie et de la pureté en Inde : votre « pureté » n’est qu’une compréhension partielle de la conscience. Et donc, sans le savoir, quand vous, les orthodoxes, aspirez à adhérer à votre pureté qui condamne l’alcool, par exemple, vous aspirez en réalité à la félicité pure de la conscience, qui est la pureté même. Et donc, vous devriez pratiquer les rites tantriques que vous condamnez. En réalité, ce que vous prenez pour de l’impureté, c’est la véritable pureté si l’on suit jusqu’au bout vos propres critères !

Ce choix de mot, surprenant, suggère donc en réalité que le Tantra est la vérité du Veda, de la tradition orthodoxe de l’Inde.



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

« On ne peut pas dire pourquoi. La raison de l’amour, c’est l’amour. La raison d…

Le potentiel transformateur du…