in

L’épanouissement de l’intellig…


Traduction libre

Ce qui est amusant avec l’espèce humaine, c’est le manque d’amour et d’intérêt pour l’acte de vivre. Les êtres humains peuvent passer cinquante, soixante, quatre-vingt-dix ans sur cette planète sans aimer la vie et l’acte de vivre, ainsi que sans aimer la planète elle-même. Et là où il n’y a pas d’amour, il ne peut y avoir de révérence, il ne peut y avoir de respect. Ainsi, les êtres humains se déplacent de manière désordonnée, maladroite, grossière — physiquement, verbalement et psychologiquement à travers les événements de la vie pendant des années et des années. C’est devenu une habitude de vivre dans le désordre sur le plan physique. Même en sachant que la structure physique prendra fin un jour de manière imprévisible, les gens se comportent de manière très stupide et désordonnée. Le désordre, c’est la laideur. Prendre soin de son corps, le nourrir correctement aux moments opportuns, le vêtir décemment, esthétiquement, l’abriter correctement sans le choyer dans le plaisir sensuel ou sexuel, c’est-à-dire avoir un comportement propre, sain, intelligent sur le plan physique est si rare.

Un chercheur doit avoir une approche holistique de la vie. L’homogénéité et l’intégralité de la vie sont sacrées. Elle est sacrée.

Vous ne pouvez pas vous permettre de la prendre à la légère, avec désinvolture, avec négligence. Vous savez que la négligence et le désordre sont en fait des péchés contre la vie. La vie est si précieuse. Être religieux, c’est avoir une approche holistique. Rien ne doit être négligé ou ignoré. Lorsque vous avez une relation intelligente avec le corps, lorsque vous le nourrissez, l’habillez, l’abritez et l’exercez correctement, il y a ce que vous appelez la santé et la beauté.

Lorsque la structure physique est ainsi prise en charge, vous ne restez pas tout le temps préoccupé par des questions de régime, de vêtements et de maison. Vous entretenez une relation scientifique, saine et intelligente, et cela s’arrête là. Une personne qui pense tout le temps au corps est incapable de faire autre chose. Celui qui est obsédé par les plaisirs physiques et sensuels, qui se préoccupe de fournir les moyens et les installations pour les plaisirs physiques, n’a plus de temps ni d’énergie pour faire autre chose dans la vie. Ainsi, un chercheur organise la vie physique correctement et de manière ordonnée, puis il en est libéré.

Le désordre doit être éliminé au niveau verbal également. Le mensonge est un trouble verbal. L’hypocrisie est un trouble verbal. On ne peut pas se permettre d’être négligent avec la parole. Ne le faites-vous pas ? Vous voulez dire une chose et vous en dites une autre. Vous pensez à une chose, mais vous faites une autre. Quel affreux désordre. Il est nécessaire de créer un bel ordre au niveau verbal : dire ce que l’on veut dire et faire ce que l’on dit. Une sorte de relation harmonieuse entre la motivation, les mots et les actes. La religion exige cette approche holistique. Vous ne pouvez pas dire : « Je suis très occupé à me renseigner sur la religion, sur la méditation, je n’ai pas de temps pour le verbal et le physique ». Vous ne pouvez pas fragmenter la vie. La vie est une totalité homogène, elle n’est pas fragmentable. Elle est indivisible et c’est un péché de la fragmenter, c’est un crime contre la vie.

Si on en prend soin, on peut alors mettre de l’ordre dans cette structure de pensée, qui bouge en nous de manière neurologique et chimique en permanence. Lorsque la structure de pensée est mise en ordre et que vous vous éduquez à vous comporter correctement, efficacement, merveilleusement, intelligemment à travers ce mouvement de pensée, alors vous n’avez pas besoin d’être préoccupé par la structure de pensée en permanence. Vous n’avez pas besoin de perdre votre temps à jouer avec la mémoire du passé ou à vous amuser avec l’idée du futur. De même que vous n’êtes pas préoccupé par le corps en permanence, de même la structure de pensée limitée, composée de connaissances, de mémoires et d’expériences, ne vous préoccupe pas en permanence.

L’observation et la compréhension du mouvement mécanique et répétitif de la pensée et de la mémoire font fondre tout l’orgueil et la vanité de la pensée — ses valeurs, ses normes, ses critères, ses préférences. Un magnétophone n’éprouve pas de fierté et de vanité lorsqu’il joue. Qu’est-ce que la pensée, sinon ruminer toujours la mémoire, les expériences et les conditionnements ? La structure des valeurs, les évaluations, les préférences, les schémas de réactions entretenus dans votre système neurologique et chimique, année après année et siècle après siècle, vous sont répétés dans le mouvement de la relation, c’est ce que c’est.

Donc, si et quand on a observé la nature répétitive, mécaniste, la limitation de la structure de pensée et son comportement neurochimique dans votre corps, alors il n’est pas question d’en devenir dépendant ou de s’y identifier. Vous ne vous identifiez pas à un ordinateur électronique. De la même manière, cet appareil électromagnétique en vous fonctionne, vous savez ce qu’il est et vous l’utilisez correctement. Si et quand on comprend cela par l’observation personnelle du fait, alors le mouvement de la pensée s’exerce quand c’est nécessaire et reste en suspens quand ce n’est pas nécessaire.

Lorsqu’il n’y a pas d’identification, lorsqu’il n’y a pas de dépendance, alors il n’y a pas de fierté et de vanité à ce sujet, alors le mouvement de la pensée reste spontanément stable, en suspens, dans un état de non-mouvement. Je ne comprends pas pourquoi les gens créent un tel problème pour rendre l’esprit silencieux, pour le détendre. L’esprit ne sera jamais détendu tant que vous y serez attaché émotionnellement, tant que vous serez préoccupé par lui. Il ne peut pas être forcé au silence, malgré tout ce que vous ferez. Si vous voyez cela, et si et quand vous n’êtes pas préoccupé par le mouvement mental, alors toute la structure de la pensée, c’est-à-dire le système neurochimique du corps, se détend. Non seulement pendant le sommeil, mais même pendant les heures d’éveil, il peut être aussi détendu, voire plus, que pendant les heures de sommeil. S’il vous plaît, voyez ceci. Je partage avec vous le sang de ma vie. Il ne s’agit pas de distribuer des idées. Ces séances pour l’orateur sont des actes d’adoration, et si l’on peut utiliser les mots, des débordements d’amour.

Ainsi, lorsqu’il n’y a pas d’identification avec la structure de pensée, le système neurochimique contenant les conditionnements que vous appelez pensée, mémoire, connaissance, expérience est totalement et inconditionnellement détendu. Et nous devons préciser pourquoi le terme « inconditionnellement » est utilisé. Lorsque les gens utilisent le silence et la relaxation comme moyens d’acquérir des expériences occultes, transcendantales, c’est un silence conditionnel. Il y a l’anticipation de l’attente et il y a une tension subtile de cette attente. Quand il y a une tension d’attente, il n’y a pas de silence. C’est pourquoi on a dit que dans le sol de la relaxation inconditionnelle, il n’y a pas d’attente, pas d’attente que quelque chose se passe, pas de calcul du nombre d’heures qui se sont écoulées et de ce qui s’est passé. On se laisse aller. Le limité a rempli son rôle. Vous vous tournez vers lui et vous l’utilisez chaque fois que son mouvement est justifié, mais dès que vous êtes libre et que vous n’avez aucune responsabilité, aucun travail à accomplir, vous êtes dans cette relaxation.

Si l’on permet au système d’être dans cette relaxation totale, il y a un merveilleux vide de la conscience. C’est alors que se libère l’énergie de la totalité, de l’intégralité, que l’on pourrait appeler (pour les besoins du dialogue verbal) « Intelligence » — l’énergie de la réceptivité perceptive, de la sensibilité perceptive. Elle n’a pas de conditionnement, elle n’a pas de contenu. La sensibilité perceptive qui est l’énergie de l’intelligence n’a pas de contenu comme la pensée, la connaissance, la mémoire. C’est une conscience sans contenu. C’est une énergie inconditionnée, si vous voulez utiliser ce terme de la psychologie. C’est la totalité individuée.

Ce n’est que dans la libération de cette énergie de la totalité, de la sensibilité perceptive, de l’Intelligence, que l’individualité peut s’épanouir. Il y aurait une unicité dans le mouvement de la totalité à travers l’individu, à travers la personne.

L’abandon de tout effort mental et la permission à cette mutation de se produire en nous, permettre à ce saut quantique d’énergie, ce saut quantique de conscience de se produire en nous, requiert une immense humilité.

Tout comme au Moyen-Âge, les gens avaient des croyances, ils étaient très crédules et croyaient aux superstitions, de la même manière, nous sommes très superstitieux quant au pouvoir de l’esprit, au pouvoir de la pensée. Même après avoir vu intellectuellement quels est le mécanisme et la chimie de la pensée, nous croyons, d’une manière ou d’une autre, que c’est l’effort de l’esprit, du moi, qui va apporter la transformation ! C’est une superstition du vingtième siècle. L’humanité est très réticente à se libérer de cette superstition sur le mouvement égocentrique ou centré sur soi, le mouvement de la pensée.

Les gens entreprennent le voyage, ils enquêtent et explorent à l’aide de mots et arrivent aux frontières de la structure de la pensée — ils ne se soucient pas d’enquêter verbalement, mais lorsqu’après une observation personnelle, ils se retrouvent face à face avec cette structure de la pensée, ses limites et l’inutilité de ses mouvements, ils se sentent soudain frustrés : « Mon Dieu, la pensée ne peut pas le faire, je ne peux pas le faire avec tout effort, avec toute méthode, avec toute technique, rien ne va m’aider », et ils se sentent embourbés. Tout comme une personne au Moyen-Âge s’enlisait dans l’idée que Dieu était en colère contre elle lorsqu’il y avait un orage et des éclairs, on continue naïvement à dire : « Oh, cette technique ne m’aide pas, ce maître ne m’aide pas, laissez-moi trouver un autre ». On ne se laisse pas aller dans la non-action. On ne permet pas à cette relaxation inconditionnelle de prendre place en soi. C’est un événement extraordinaire — la relaxation inconditionnelle, totale, où il n’y a aucune préoccupation avec le mouvement de la pensée.

Pour que la méditation se produise, pour que l’épanouissement de l’Intelligence se produise, pour que l’épanouissement de l’individualité se produise, il est absolument nécessaire qu’il n’y ait pas de préoccupation psychologique avec le mouvement de la structure de pensée — qui est le mouvement du « Je », du « Moi », de l’« Ego » — chaque fois que cela n’est pas justifié dans la relation.

Voyez-vous que c’est la première fois que l’on prononce le mot « méditation » ? La méditation ne consiste pas à pratiquer des techniques ou des méthodes. Comment peut-on entretenir de telles illusions en pensant que s’asseoir pendant des heures, chanter certains mantras ou se concentrer sur quelque chose, c’est méditer ? Le « moi » peut-il jamais « méditer » ? L’ego, le soi, le moi, peuvent-ils méditer ? Il peut se détendre. Il peut se mettre dans un état de non-mouvement, d’immobilité. C’est magnifique. Mais jusqu’ici et pas plus loin. Voyez-vous comment nous avons préparé le terrain pour que la méditation puisse avoir lieu ?

Cette énergie de la totalité, libérée dans le silence, est la fleur de l’intelligence qui a le parfum, l’odeur de la conscience. Ensuite, cette énergie de la totalité, cette énergie de la conscience, utilise les mêmes yeux et la même vue pour regarder ce qu’on appelle le monde extérieur. Mais il y a une fraîcheur dans la qualité de la perception. C’est l’énergie de cette intelligence, cette fleur de la non-dualité, qui répond dans les relations. La qualité de la relation, la qualité de la réponse, subissent une transformation radicale. La religion est donc une façon holistique de vivre. Une enquête religieuse est une exploration d’un mode de vie entièrement nouveau, où l’on est libre de tout attachement et de toute identification.



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Revue 3e millenaire

Le sommeil profond est Conscience de l’absence

#Liberté -Vivre libre en cette période de grands changements