dans

L’éveil apporte avec lui deux stupéfiantes réalisations : qu’il n’y a rien ni pe…


L’éveil apporte avec lui deux stupéfiantes réalisations : qu’il n’y a rien ni personne à blâmer pour notre peine, jamais – pas de parent, pas de patron, pas d’événement, pas d’ »erreur », pas de « problème » corporel, pas de gouvernement, pas de figure d’autorité, pas de substance, pas de présence ou d’absence de ce qui est voulu ou non voulu. Et la véritable joie et le véritable contentement sont sans cause, et jamais dépendants des circonstances.

Il n’y a pas de justification à la misère, et pas de justification requise pour la joie.

Ce genre de liberté et de responsabilité radicales (ou son manque) peut donner le vertige et même être terrifiant au début, et amener une profonde incertitude existentielle. « Plus personne à accuser ? Rien d’extérieur ne peut me rendre heureux ? Alors, de quoi il s’agit ? Pourquoi est-ce que je m’en fais ? Qui suis-je, bon sang ? » Mais restez avec l’incertitude, les amis. Permettez au sol au-dessous de vous de s’ouvrir. Soyez là. Respirez. Rappelez-vous que seul le faux peut mourir. Chute libre dans le merveilleux.

Goûtez la grande joie dans la vie, nu.


Source

Qu'en pensez-vous?

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Page de Jeff Foster

Certaines personnes disent : « Tout est parfait. » Mais qu’en est-il de la souff…

Commencez là où vous êtes. EST-il un autre lieu ? Si la douleur, le chagrin, le…