dans

Quand le vide se met à vibrer



 Rilke chante, inspiré par on ne sait quel mystère :

« Est-ce en vain qu’on raconte que jadis, dans la plainte chantée pour Linos,

une musique audacieuse, la première, traversa la rêche fixité,

et qu’alors seulement, dans l’espace effrayé, d’où soudain s’échappait

pour toujours un jeune homme quasi divin,

le vide se mit à vibrer,

de cette vibration qui maintenant nous emporte, nous console, nous aide. »

Rilke, Première élégie de Duino, trad. Lefebvre

______________________________

Linos, fils de la Muse Calliope fut, dit-on, le plus grand joueur de lyre de tous les temps, tué par Apollon ou Héraclès.

L’espace, sans la Vibration (spanda), sans conscience, sans émerveillement, demeure « rêche », morne, stérile (sushka en sanskrit), aveugle et, à vrai dire, n’accède même pas à l’absence, car l’absence présuppose encore le cri muet, l’étonnement (camatkâra) « Ah, il n’y a rien ! » 

Or, l’espace qui ne vibre pas, solide pour ainsi dire, se sent rien. Il peut donc bien tout accueillir, il n’en sait rien, il n’en sent rien. Il n’est pas encore – ou plus – capacité, puissance et pouvoir. Il n’est pas néant. Il est l’indicible par défaut, ce Multiple pur qu’évoque Proclus, le terme ultime des débordements de l’Un, ce dernier étant l’ineffable par excès. Certes, il échappe, mais par manque d’unité, ou plutôt par manque de sensibilité dirai-je, avec Abhinavagupta. Cet espace n’a pas de cœur, ce cœur battant qui, seul, « nous emporte, nous console, nous aide ».

Espace et miroir illustrent la Conscience universelle. Mais partiellement, tant il est vrai que comparaison n’est pas identification. Le grand miroir universel, cœur de tout, possède lui-même un cœur, âme de l’âme, âme des âmes, vie de toute vie.

L’espace, n’en déplaise, est « fixe », déterminé ; non par son ouverture accueillante, mais par son défaut de conscience, de ce pouvoir de frémir qui anime les libertés, qui fait l’imprévisible et l’évolution – qui fait l’Histoire. Il n’en sait rien. Mais justement, dans le « savoir » gît le cœur, la braise précieuse entre toutes. L’espace est « fixe » : il n’est que ce qu’il est. Dès lors, l’espace reste déterminé, délimité. Sa simplicité est close, et Pascal à eu raison de célébrer la supériorité de la « pensée » sur l’espace, car l’espace dépasse certes, mais il n’en sait rien. L’espace conscient, en revanche, n’est pas seulement ce qu’il est. Il n’est pas seulement ceci ou cela, mais pouvoir inépuisable de s’épancher en un ceci, en un cela, en leur séparation, en leur réunion, puis en leur annulation simultanée. L’espace conscient, « clairière » de l’être, n’est pas clôture, le Soi n’est pas pure identité, mais bien pouvoir de se réaliser sans jamais être confiné. Il est ce qui échappe en manifestant, tout l’opposé de l’espace qui, malgré son absence de limites, demeure foncièrement limité par son inertie. 

« Quand l’espace se met à vibrer ». Cette main-là, posée ici, n’est rien. Puis un je-ne-sais-quoi l’anime, avant tout mouvement visible. Là s’entrouvre la chambre nuptiale. La lyre se met à chanter, n’en déplaise à A-pollon, à cette caricature de l’Un que l’Un reste trop souvent dans nos spiritualités.



Source link

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

Cavanna, paléontologue ! – Afis Science

Deux défauts spirituels