dans , ,

Question – Pourquoi sugge?rez-vous toujours de vivre « sensoriellement » ? Eric…


Question – Pourquoi sugge?rez-vous toujours de vivre « sensoriellement » ?

Eric Baret – La seule possibilite? de se libe?rer d’une perturbation e?motive est de la ressentir. En ge?ne?ral, les e?tres humains pensent leur e?motivite? ; a? ce niveau, aucune liberte? n’est possible. C’est dans le ressenti de la peur, de la cole?re, de l’anxie?te?, de la jalousie ou de la culpabilite? que l’e?motivite? se libe?re. L’e?motivite? est corporelle.

Question – N’est-elle pas aussi mentale ?

Eric Baret – Le mental est une expression du cerveau. La pense?e a sa propre beaute?, mais elle n’a pas la capacite? de nous libe?rer de l’e?motivite?. La pense?e peut en ajourner certains e?le?ments, mais elle ne peut pas amener a? une ve?ritable inte?gration de l’e?motivite?. Vous pouvez lire un tre?s beau livre sur le zen, devenir bouddhiste et oublier temporairement votre cole?re ou votre anxie?te?, mais l’e?motivite? reviendra. Alors que si vous vous rendez disponible sensoriellement, il y aura vraiment une voie de sortie pour l’e?motivite?.

Bien su?r, la pense?e a sa place, mais la pense?e qui vient de l’e?motivite? est pollue?e. Les spiritualite?s a? la mode proposent tel ou tel exercice pour se libe?rer de l’e?motivite? ; cela vient d’une pense?e pollue?e. Une pense?e qui vient profonde?ment du cœur exprime la beaute? des choses. L’e?motion fondamentale de l’e?tre existe, mais elle n’est pas encombre?e par la restriction d’e?tre une personne. La pense?e e?manant du cœur n’est accessible que dans la liberte? vis-a?-vis de sa propre e?motivite?.

Le Sacre du Dragon Vert, Editions Almora

www.bhairava.ws

En photo : Vishnu sur Garuda, 14e siècle, Népal, Lacma




Source

Qu'en pensez-vous?

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Eric Baret

The Dig / Simon Stone avec Carey Mulligan et Ralph Fiennes |

L’évolution explique-t-elle les faits sociaux ? – Afis Science