dans , ,

Question – Pourquoi sugge?rez-vous toujours de vivre « sensoriellement » ? Eric…


Question – Pourquoi sugge?rez-vous toujours de vivre « sensoriellement » ?

Eric Baret – La seule possibilite? de se libe?rer d’une perturbation e?motive est de la ressentir. En ge?ne?ral, les e?tres humains pensent leur e?motivite? ; a? ce niveau, aucune liberte? n’est possible. C’est dans le ressenti de la peur, de la cole?re, de l’anxie?te?, de la jalousie ou de la culpabilite? que l’e?motivite? se libe?re. L’e?motivite? est corporelle.

Question – N’est-elle pas aussi mentale ?

Eric Baret – Le mental est une expression du cerveau. La pense?e a sa propre beaute?, mais elle n’a pas la capacite? de nous libe?rer de l’e?motivite?. La pense?e peut en ajourner certains e?le?ments, mais elle ne peut pas amener a? une ve?ritable inte?gration de l’e?motivite?. Vous pouvez lire un tre?s beau livre sur le zen, devenir bouddhiste et oublier temporairement votre cole?re ou votre anxie?te?, mais l’e?motivite? reviendra. Alors que si vous vous rendez disponible sensoriellement, il y aura vraiment une voie de sortie pour l’e?motivite?.

Bien su?r, la pense?e a sa place, mais la pense?e qui vient de l’e?motivite? est pollue?e. Les spiritualite?s a? la mode proposent tel ou tel exercice pour se libe?rer de l’e?motivite? ; cela vient d’une pense?e pollue?e.

Une pense?e qui vient profondément du cœur exprime la beaute? des choses. L’e?motion fondamentale de l’e?tre existe, mais elle n’est pas encombre?e par la restriction d’e?tre une personne. La pense?e e?manant du cœur n’est accessible que dans la liberte? vis-a?-vis de sa propre e?motivite?.

Le Sacre du Dragon Vert, pour la joie de ne rien être, Editions Almora

www.bhairava.ws

En photo, Shiva, Penjab, VIIe siècle




Source

Qu'en pensez-vous?

9 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Pars notre volonté de la prières on peut sans libéré de toutes autres formes de caractère que l’on shouaite changé quelque chose en nous même pour être plus juste harmonieux.?????

  2. Merci pour ce profond texte qui réveille en mon être vivant des résonances nouvelles.
    La pensée « raisonnable » dit à l’émotion : arrête de déranger mon ordre, mes plans de bonheur propre, tu me mets la pression.
    L’émotivité lui répond : arrête de m’enfermer, de m’étouffer, de me refouler dans des profondeurs obscures, accepte moi, car sinon je vais te parler par des maux divers, accepte moi, je suis les sensations profondes des mystères de la Terre Mère qui s’exprime à travers l’être vivant dont tu fais partie
    La pensée raisonnable répondit : j’ai peur de tout lâcher, de tout abandonner à l’Inconnu Supérieur de la Grande Vie
    Murmures de la petite voix qui me parle durant la méditation matinale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Eric Baret

De?nouer la colonne verte?brale

Méditation gnostique