in ,

sri nisargadatta maharaj



« …Le chercheur doit disparaître, lorsque vous connaissez votre véritable nature, la compréhension « je suis » demeure, mais cette connaissance est sans limite. Il ne vous est pas possible d’acquérir la connaissance. Vous êtes connaissance. Vous êtes ce que vous cherchez. Votre être véritable est antérieur à tout concept, plongez profondément en vous même et vous le trouverez facilement et simplement. Allez dans la direction du « je suis ». Tout existe dans le mental. Le mental et le corps sont tout deux des états inter-mitants. Le résultat de ces flashs crée l’illusion de l’existence. Cherchez ce qui est permanent dans le transitoire, réel dans le non réel. C’est la Sadhana ou pratique spirituel … »

« Le plus grand Gourou est votre soit intérieur. En vérité il est le maître suprême. Lui seul peut vous conduire à votre but, et lui seul vient à votre rencontre au bout du chemin. Faites lui confiance et vous n’aurez besoin d’aucun Gourou extérieur. Mais vous devez avoir un ardent désir de le trouver et ne rien faire qui puisse créer des obstacles et des retards. Vous n’êtes jamais sans Gourou car il est éternellement présent en votre coeur. Ce qu’il veut de vous est simplement que vous appreniez la présence à Soit, le contrôle de Soit, l’abandon au Soit. Cela peut sembler ardue mais c’est facile si vous êtes fervent et tout à fait impossible si vous ne l’êtes pas. Tout cède devant la ferveur. Le véritable Gourou ne vous humiliera jamais, pas plus qu’il ne vous éloignera de vous même. Il vous ramènera constamment au fait de votre perfection intrinsèque et vous encouragera à chercher au dedans de vous.  »

« …Je veux dire libre de tout contenu. Je ne suis pour moi même ni perceptible ni concevable. Il n’y a rien que je puisse désigner en disant « je suis ceci ». Vous vous identifiez à tout si facilement, je trouve cela impossible. L’impression « je ne suis pas ceci ou cela », ou, « rien est mien » est si forte en moi que dès qu’un objet ou une pensée apparaît, il me vient immédiatement le sentiment « ceci, je ne le suis pas ! » Je découvre qu’en déplaçant d’une manière ou d’une autre le foyer de l’attention, je deviens la chose même que je suis en train de regarder et je ressens le type de conscience qu’elle possède. Je deviens le témoin intérieur de la chose. Je nomme « Amour » cette capacité de pénétrer les autres foyers de conscience, mais vous pouvez lui donner le nom que vous voudrez puisqu’en tous les points du temps et de l’espace je peux être à la fois le sujet et l’objet de ce qui est vécu. J’exprime cela en disant que je suis les deux et aucun et au delà des deux. »

« Vos pensées concernant l’individualité ne sont vraiment pas vos pensées. Ce sont des pensées collectives. Vous croyez être celui qui a les pensées. En fait, les pensées surgissent dans la conscience. Au fur et à mesure que se développe notre connaissance spirituelle, notre identification avec le corps mental diminue et notre conscience se déploie en conscience Universelle. La force vitale continue d’agir mais ses pensées et se actes ne sont plus limités à l’individu, ils deviennent la manifestation totale. C’est comme pour le vent qui ne souffle pas pour un individu mais pour la manifestation tout entière. »

« Pourquoi vous soucier du monde avant de prendre soin de vous même. Vous voulez sauver le monde n’est ce pas ? Pouvez vous sauver le monde avant de vous sauver vous même ? Et que veut dire : être sauvé ? Sauvé de quoi ? De l’illusion ! Le salut c’est voir les choses telles qu’elles sont. Demeurez tranquille. Faites votre travail dans le monde mais intérieurement demeurez tranquille. Alors tout viendra à vous. Ne comptez pas sur votre travail pour vous réaliser. Il se peut qu’il profite aux autres mais pas à vous. Votre espoir est dans le silence de votre mental et la quiétude de votre coeur. Que rien ne vous retienne d’assumer vos fonctions. Une action pour laquelle vous n’êtes pas impliqué émotionnellement qui est bénéfique, qui n’est pas source de souffrance, ne vous lie pas. Vous pouvez être engagé dans diverses directions et travailler avec énormément d’enthousiasme tout en demeurant intérieurement libre et tranquille avec un mental comme un miroir reflétant tout sans en être affecté. L’imprévu est certain de se produire tandis que ce qui est attendu pourrait ne jamais arriver. Tout est parce que vous êtes. Accrochez-vous fermement et profondément à ce point et demeurez sans cesse en lui. Réalisez l’absolue réalité de tout ceci est la libération. »

source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ismail Assalih

???

Michel Jochmans

extraordinaire!

Ismail Assalih

Merci

MADANI HAMOUMRAOUI

Excellent magnifique audio merci

Hervé ARNAUD

Vous vivez en moi,

veedayos

C'est comique ! Il y a un contraste frappant entre l'expressivité du maître, et celle du narrateur !

richard villar

"JE SUIS" dépendant au tabac et "JE SUIS " mort d'un cancer…

denis8965

"Par la foi en mon maître et l'obéissance à ses paroles j'ai réalisé mon être véritable j'ai laissé derrière moi ma nature humaine prendre soin d'elle même…"
Je pense que cela est le message essentiel de Nisargadatta…
Il y a donc un véritable travail qui ne peu s’accomplir que la présence du maître…

zen do

et cependant,être et non être sont en aporie,corrélatifs,n'ayant aucune réité, inexistence de l'existence,inexistence de l'inexistence,vide……..

Drop Test Apple LiVE

merci

Sim

Ah ouai mais il disait ça parce qu'il a pas goutté à l'Ego de YT, une dizaine de likes plus tard et il aurait vite oublié ses carabistouilles.

Didier Robin

Sri Nisargadatta Maharaj
JE SUIS. Paragraphe 55.

Q: Il y a, dans les rêves, des affections qui paraissent durables, réelles. Disparaissent elles au réveil ?
M: Dans le rêve, vous aimez certaines choses, d’autres non. A l’éveil, vous découvrez que vous êtes l’amour lui-même, qui embrasse tout. L’amour venant de la personne, si intense et sincère soit-il, attache inévitablement l’amour dans la liberté, c’est l’amour du tout.
Q: Les gens vont et viennent. On aime qui on rencontre, on ne peut pas tout aimer.
M: Quand vous êtes l’amour, vous êtes au-delà du temps, du nombre. En aimant l’un d’entre-eux, vous les aimez tous en les aimant tous, vous aimez chacun. L’un et le tout ne sont pas exclusifs.
Q: Vous dites être dans un état intemporel. Cela signifie-t-il que le passé et avenir vous sont ouverts ? Avez-vous rencontré Vashishta Muni, le Guru de Rama ?
M: La question est posée dans le temps, au sujet du temps. Là encore, vous m’interrogez sur le contenu d’un rêve : l’intemporel est au-delà de l’illusion du temps, ce n’est pas une extension du temps, une durée indéfinie. Celui qui se nommait Vashishta a connu Vashishta. Je suis au-delà de tout nom et de toute forme.
Vashishta est un rêve dans votre rêve. Comment pourrais-je le connaître ? Vous êtes trop concerné par le passé et par l’avenir. Tout cela tient à votre désir de continuité, de vous protéger de l’anéantissement. Et désirant la continuité, vous voulez que les autres vous tiennent compagnie, d’où votre inquiétude au sujet de leur survie. Mais ce que vous appelez la survie n’est que la survie d’un rêve. La mort est préférable. En elle, vous avez une chance d’éveil.
Q: Ayant conscience de l’éternité, la survie ne vous concerne donc pas.
M: C’est l’inverse. La libération de tout désir de durer, c’est l’éternité. Tout attachement implique la peur car toute chose est transitoire. Et la peur fait de vous un esclave. La libération de l’attachement n’est pas le résultat de pratiques, elle est surnaturelle pourvu que vous connaissiez votre être réel. L’amour ne s’attache pas ; l’attachement n’est pas l’amour.
Q: Il n’y a donc aucune voie pour gagner le détachement ?
M: Il n’y a rien à gagner. Renoncez aux imaginations et connaissez-vous tel que vous êtes. Le sentiment d’insuffisance est la cause de tous les désirs. Quand vous savez que rien ne vous manque, que tout ce qui existe est vous, est à vous, le désir s’évanouit.
Q: Pour me connaître, dois-je pratiquer l’attention vigilante (awareness) ?
M: Il n’y a rien à pratiquer. Pour vous connaître, soyez vous-même. Pour être vous même cessez d’imaginer que vous êtes ceci ou cela. Soyez seulement. Laissez votre vraie nature émerger. Ne troublez pas votre mental par la recherche. Regardez-vous, regardez votre propre existence. Vous savez que vous êtes et vous aimez ça. Rejetez toute imagination, un point c’est tout. Ne comptez pas sur le temps, le temps c’est la mort. Celui qui attend meurt. La vie n’est que maintenant. Ne me parlez pas de passé ou de futur – ils n’existent que dans votre mental.
Q: Cela prendra beaucoup de temps si je ne fais qu’attendre la réalisation.
M: Qu’avez-vous à attendre alors que c’est déjà ici et maintenant. Vous n’avez qu’à observer et voir.
Q: Vous aussi mourrez.
M: Je suis déjà mort. Dans mon cas, la mort physique ne fera aucune différence. Mon être est intemporel. Je suis libéré du désir et de la peur parce que je ne me rappelle pas le passé et que je n’imagine pas l’avenir. Comment pourrait-il y avoir désir ou peur où il n’y a ni nom ni forme Avec le non-désir vient le non-temps. Je suis en sécurité parce que ce qui n’existe pas ne peut pas m’atteindre. Vous ne vous sentez pas en sécurité parce que vous imaginez le danger. Bien sûr, votre corps, en tant que corps, est complexe, vulnérable, il a besoin de protection. Mais vous, non. Quand vous aurez réalisé votre être inattaquable, vous serez la paix.
Q: Comment puis-je trouver la paix quand le monde souffre ?
M: Le monde souffre pour de très bonnes raisons. Si vous voulez aider le monde, il faut que vous dépassiez le besoin d’aide. Alors, tout ce que vous ferez ou ne ferez pas aidera le monde avec l’efficacité la plus grande.
Q: Comment l’inaction peut-elle être utile quand c’est d’action dont nous avons besoin ?
M: Où l’action est nécessaire, les actes se produisent. L’homme n’est pas l’acteur. Il existe pour être conscient de ce qui se passe. Sa présence même est action. La fenêtre,
c’est l’absence de mur. et elle donne de l’air et de la lumière parce qu’elle est vide.
Soyez vide de tout contenu mental, de toute imagination et de tout effort, la seule absence d’obstacles fera s’engouffrer en vous la réalité. Si vous voulez vraiment aider quelqu’un, restez en dehors. Si vous êtes poussé, émotionnellement, à aider, vous échouerez dans votre entreprise. Vous pourrez être très occupé et très content de votre charitable nature, mais il n’y aura pas grand chose de réalisé. Un homme.n’est
véritablement aidé que quand il n’a plus besoin d’aide. Tout le reste n’est que futilité.
Q: Nous n’avons pas assez de temps pour nous asseoir et attendre qu’arrive l’aide. Il faut faire quelque chose.
M: Mais faites donc Néanmoins ce que vous pouvez faire est limité seul le soi est illimité. Donnez-vous sans limite. De tout le reste, vous ne pouvez donner que dans une faible mesure. Vous seul êtes incommensurable. Aider, c’est votre nature. Même quand vous mangez et buvez, vous aidez votre corps. Vous, vous n’avez besoin de rien. Vous êtes le don pur, sans commencement ni fin, inépuisable. Quand vous voyez la misère et le chagrin, soyez avec. Ne vous précipitez pas dans l’action. Apprendre, agir, ça ne peut pas vraiment aider. Participez à la peine, mettez ses racines à nu l’aide véritable, c’est d’aider à comprendre. Naturellement, en attendant, nourrissez les affamés et vêtissez ceux qui sont nus – si vous le pouvez.
Q: Ma mort est proche.
M: Votre corps dispose de peu de temps, vous non. Le temps et l’espace ne sont que dans le mental. Rien ne vous lie. Simplement, ayez la compréhension de ce que vous êtes – c’est, en soi, l’éternité.

Yannick Reclus

Quand on voit sa gestuelle on a du mal à croire que c'est lui qui dit ce qui est traduit.

Peu importe car tout est dit.

Léa Sellam

Bonjour, je cherche a contacter la voix off. Est ce que quelqu'un sait a qui cette voix appartient? Merci d'avance. Léa

Nobotox

Il y a bien la vidéo complète mais elle est "bloquée dans le monde entier" pour une histoire de droit d'auteur sur une musique de fond du film …. Les détenteur des droits sont : Saregama India Limited. Il n'y a aucun lien pour les joindre sur leur site …. si vous avez une idée je suis preneur 🙂

henrique corga

Comment peut-on parler autant en voulant expliquer une chose qu'on ne peut pas nommer? ?????.

Jo Bird

Merci pour cette diffusion, quel bonheur quel chaleur. Nous sommes ce que nous cherchons.

Jerome Mahoudeau

haaaaaaa merveille

Patrick TLV

Ces 20 mn de Sri Maharaj sont nécessaires ET suffisantes :). Sri Ramana Maharshi utilise les mêmes mots "Je suis" , répétés sans cesse à ses nombreux visiteurs. A un visiteur qui lui demandait "…on dit qu'il y a plusieurs niveaux d'éveil, comment y parvenir ?", Ramana Maharshi répondait : "…que celui qui pose la question réalise le premier stade, il verra bien si la question se pose toujours.." (pardon pour cette citation de mémoire, mais le sens y est).

Ernst Junger

Nisargadatta est un homme devenu le sens véritable de l'expérience humaine . Un Dieu enchaîné par Maya s'est libéré et son oeuvre immortel demeurera à jamais un phare glorieux sur le chemin de la destinée humaine …

Simplement Cela

voici un autre lien dailymotion pour la version complète. merci à toi, Zoon Politikon

http://www.dailymotion.com/video/xmc55i_mon-film-2-stxnisargadatta_webcam

Rédiger par Éveil spirituel

Rolling Stones open Berlin Film Festival

L'Éveil ☼ ÊTRE, la fin de toutes quêtes (4/4) ❤ Satsang Pierre et Gérald