dans

Un je ne sais quoi…


Présentation de la voie en quelques lignes, par l’un des maîtres de Madame Guyon :

« Il n’y a qu’à vous laisser doucement conduire et occuper par ce je ne sais quoi, qui dans la suite ferra bien voir que c’est quelque chose, puisque ce je ne sais quoi sans forme et idée, qui occupe en paix l’âme et la nourrit sans aliment, devient une beauté et un bonheur inconcevable, renfermant tout bonheur et toute beauté.

 … vous trouverez le tout caché au fond du rien.

Ayez courage en votre misère et en votre pauvreté, gémissez doucement et désirant humblement de voir et de trouver au travers de toutes ces misères ce Dieu caché, qui vous chercher, quoiqu’il vous paraisse que vous vous enfuyez. Soutenez fortement ce combat et vous trouverez qu’en perdant et succombant par vos faiblesses, vous vaincrez le très-fort : car ce Dieu d’amour Se laisse gagner et même garrotter dans la suite pas un cœur humblement amoureux et accablé… »

Jacques Bertot, Le Directeur mistique, III, 15, 1726



Source link

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

Ce que peuvent les sciences – Afis Science

Le début du Tantra de la Déesse Guirlande