dans ,

Une définition de Dieu : Il y a en moi plus grand que moi


 

 « Mystique d’origine suisse, Maurice Zundel (1897-1975) fut un prêtre atypique. Souvent incompris et mis à l’écart par sa hiérarchie, il nous invite, à travers son œuvre, au dépouillement de nous-mêmes afin de nous rendre transparents à la lumière divine intérieure ».

(voir sur son site on lit http://www.mauricezundel.com/fr/maurice-zundel/biographie.html )

 

 

zundel

 

      » Il y a en moi plus grand que moi. Quiconque a fait cette expérience n’a pas besoin qu’on lui montre l’existence de Dieu. Dieu ne se démontre pas, il est la vie et dès qu’un homme est attentif à sa propre vie, il se heurte à cette présence merveilleuse, invisible. Qu’importe le nom qu’on lui donne, c’est une Présence infinie qui le dépasse infiniment et qui est plus proche à lui-même que lui-même.

Un homme qui a le pressentiment de l’infini et qui voit dans ce pressentiment l’essentiel de la découverte de l’homme, est embarqué dans une aventure spirituelle qui pourra le conduire jusqu’à la plus haute mystique. S’il ne perçoit pas cette dignité, s’il ne perçoit pas cet infini, il est comme mort … 

     Le pressentiment de l’infini se révèle à nous de manière fugace, souvent dans les moments où on y prête pas attention.  » Ce qu’il y a en moi de plus grand que moi  » s’éveille, prend vie dans l’émerveillement, la création ou encore la contemplation, instants d’éternité où je me quitte moi-même. Les limites qui m’enferment s’évanouissent parce que l’objet de mon attention est hors du temps, hors de l’espace. Je deviens ce que je contemple, je deviens oeuvre d’art, je deviens beauté, je deviens musique.

L’émerveillement, c’est précisément le moment où émerge en nous une nouvelle dimension, c’est le moment privilégié où nous sommes soudain guéri pour un instant de nous même et jeté dans une Présence que nous n’avons pas besoin de nommer, qui nous comble en même temps qu’elle nous délivre de nous-même.

Un tel émerveillement, nous le savons, peut s’éprouver dans tous les secteurs : émerveillement devant la nature, émerveillement devant l’amour, devant l’enfant qui naît ou qui dort, devant une découverte scientifique ou devant une création artistique. Il n’y a pas de domaine où l’émerveillement ne nous ouvre des horizons infinis, pas de domaine où nous ne puissions éprouver, à certains moments, ce sentiment d’une rencontre libératrice ; d’une rencontre avec toujours la même Présence, précisément parce qu’elle accomplit toujours en nous le même effet, parce que la rencontrer c’est cesser d’être esclaves de nous-même et entrer dans un domaine où la liberté s’actualise en libération de nous-même. (…)

Ce rappel d’expériences connues nous laisse entrevoir que notre libération – notre naissance à nous-même, notre devenir humain, notre émergence hors du monde instinctif et du monde-objet – est liée à la rencontre avec une Présence, toujours la même, avec un « X » ineffable, dont la découverte nous guérit de nous. (…). »

Maurice Zundel

 

 

 

 

 





Source link

Qu'en pensez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédiger par Eveil et philosophie

Spiritualité et croyances

Preuve que la fin du monde est pour bientôt ??