in

Une très légère oscillation/ Sylvain Tesson


 .

Un extrait :

Mardi

« Un jour en Corse, près de Figari. Sur la plage nos hôtes ont organisé un spuntinu, comme on dit ici quand on prend du bon temps en même temps que le maquis. Autour du feu de bois, figatelle et vin de Sartène. Le ciel est une flanelle mitée de trouées solaires. La mer est en peau de taupe. Des blocs de granit roses encadrent la forêt d’arbousiers. Le genre de paysage que n’aiment pas les peintres : le travail est déjà fait. Une tour génoise veille, elle nous survivra. Soudain les invités lèvent la main dans un même mouvement. Ils prennent des photos, brandissent l’appareil à bout de bras. Ce geste, c’est le symbole de notre temps, la liturgie moderne. La société du spectacle a fait de nous des cameramen permanents. Quelle étrange chose, cette avidité de clichés chez des gens qui se pensent originaux. Quelle indigestion, quelle boulimie d’images. Plus tard, ils regarderont les photos et regretteront que le moment consacré à les prendre leur ait volé le temps où ils auraient pu s’incorporer au spectacle, en jouir de tous leurs sens et, le regard en haleine, célébrer l’union de l’oeil avec le réel. »

Une très légère oscillation 

Sylvain Tesson

Ed Pocket p 14

.



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Artiste peintre Allemand Spitzberg Carl .1808/1885.

Douglas Harding, Melbourne 1991