in

Comment la finance spécule sur…


Traduction libre de la version anglaise.

Vandana Shiva, présidente de Navdanya International, s’est rendue en Italie début juin 2022 pour présenter son dernier livre, From Greed to Care. La tournée a débuté à Naples et s’est poursuivie à Turin en passant par Rome et Florence. L’activiste indienne était notamment l’invitée de l’événement Berlingueriana à Naples, de l’administration de la capitale, de l’Union bouddhiste italienne (UBI) à Rome, et de Cinemambiente à Turin. Nous l’avons rencontrée pour parler de la situation mondiale, de la montée des inégalités et des chiffres inquiétants de l’obésité publiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des questions globales qui ont des répercussions immédiates sur le local. C’est le cas de la guerre en Ukraine et de la crise du blé, mais, prévient Vandana Shiva, il faut faire très attention à ne pas spéculer financièrement sur la nourriture. La militante indienne s’attarde également sur la tentative de proposer les OGM comme solution à la prétendue crise alimentaire et sur la loi sur l’agriculture biologique que vient d’approuver le gouvernement italien.

***

Le titre de votre dernier livre exprime-t-il un souhait ou va-t-il dans ce sens ? Quelle est la force de l’influence des multinationales sur nos vies ?

Ce livre traite à la fois d’une tendance croissante aux situations d’urgence mettant la vie en danger et de ma vision du monde meilleur que nous pouvons créer en abandonnant la cupidité comme moteur de l’économie, de la société et de notre relation avec la nature. Nous pouvons créer ce monde en faisant de l’attention portée à la terre et aux autres la valeur directrice. L’influence des multinationales sur nos vies s’est accrue au cours des trente dernières années de mondialisation néolibérale. Mais les gens ont résisté. La tentative de privatisation et de marchandisation des mouvements a été stoppée par la lutte pour la démocratie de l’eau en Inde et en Italie. Navdanya et le mouvement pour la liberté des semences ont résisté au système des brevets et au monopole des entreprises sur les semences. Les entreprises veulent désormais tout contrôler : nos corps, nos esprits, notre alimentation, notre santé. Si nous ne résistons pas, elles posséderont la nature et tous ses systèmes de soutien à la vie. Ce qui signifie qu’elles prendront le contrôle de nos vies.

Le nombre de milliardaires dans le monde augmente, tout comme le nombre de personnes vivant dans la pauvreté. Un seul individu comme Bill Gates, avec tous ses investissements, a plus de pouvoir que de nombreux pays du monde. Est-il possible d’inverser cette tendance et le modèle qui génère ces inégalités ?

Tout ce qui a été fait par les hommes peut être défait par les hommes. La montée en puissance des dirigeants milliardaires comme Gates est une répétition de la domination des barons voleurs comme Rockefeller aux États-Unis il y a un siècle. Les milliardaires enfreignent les règles sociales et sapent la gouvernance démocratique pour étendre leurs empires. C’est pourquoi j’ai écrit 1 %. Reprendre le pouvoir face à la toute-puissance des riches (Points). En tant que Navdanya International, nous avons publié un rapport citoyen sur la Fondation Bill et Melinda Gates. Renverser la tendance est non seulement possible, mais nécessaire si l’humanité veut être libre et avoir un avenir. Les citoyens doivent prendre conscience du pouvoir illégitime des entreprises sur nos gouvernements et nos vies. Nous devons utiliser toutes les possibilités de nos sociétés et de nos pays pour faire reculer le pouvoir des entreprises, comme cela a été fait aux États-Unis dans les années 1930, lorsque le monopole des Rockefeller sur le pétrole par le biais de la Standard Oil a été démantelé. Et nous devons créer de nouvelles possibilités pour canaliser le pouvoir des gens en les mobilisant, en les organisant, en recherchant et en développant des alternatives libres du contrôle des entreprises, comme nous l’avons fait avec les semences, l’alimentation et l’agriculture.

Le monde est choqué par la guerre en Ukraine. La crise alimentaire, en particulier la crise du blé, a été indiquée comme une conséquence naturelle de la guerre. Pourtant, beaucoup affirment que la spéculation financière est également à l’origine de cette crise. Quelle est votre position ?

Toutes les crises de l’histoire ont été utilisées par les monopoles du blé pour accroître leurs profits et leur contrôle. Les émeutes pour le pain dans le monde arabe, appelées « printemps arabe », sont le résultat de la hausse des prix du blé et du pain due à la spéculation financière. La nourriture a été transformée en une marchandise, un actif financier. Pendant la crise de 2008, comme l’écrit Kaufman dans The Food Bubble : « Le blé imaginaire acheté n’importe où affecte le blé réel acheté partout ».

Avec le trading électronique qui fonctionne en continu et qui est déclenché par les algorithmes des indices composites des prix et des produits dérivés des matières premières, les finances se sont accrues en même temps que la faim, comme le souligne l’Agribusiness Accountability Initiative depuis avril 2008.

La croissance financière et la croissance de l’argent générées par le casino de la finance ne conduisent pas à une croissance réelle des processus qui soutiennent et entretiennent la vie. La déréglementation a déstabilisé le système financier et alimentaire mondial. Elle a créé des fonds de gestion d’actifs comme Blackrock et Vanguard. Les fonds de gestion indicielle peuvent multiplier les finances, pas la nourriture.

L’impression générale est que certains partis politiques, soutenus par le lobby industriel, tentent de tirer parti de la guerre. Par exemple, plusieurs d’entre eux font pression pour la déréglementation des nouveaux OGM en Europe comme solution à la crise alimentaire. Cette équation fonctionne-t-elle vraiment ?

Toute catastrophe a été utilisée comme une opportunité par le lobby des OGM, qui représente le même conglomérat qui vend également des produits agrochimiques toxiques. Ils ont essayé d’utiliser la catastrophe du tremblement de terre d’Haïti pour imposer les OGM. Les agriculteurs de ce pays ont créé un mouvement et ont résisté. Lorsque le super cyclone a dévasté Orissa en 1999, on a tenté d’imposer le maïs et le soja génétiquement modifiés. Nous nous sommes organisés et notre ministère de la santé a interdit les OGM. Les citoyens européens doivent se lever et défendre leur liberté de manger des aliments sans OGM, leur droit à la biosécurité. Ils doivent dénoncer le bluff des gouvernements qui tentent d’utiliser la guerre en Ukraine pour déverser des OGM non testés et non réglementés sur les citoyens européens.

Il existe un consensus international sur la nécessité de créer une alternative à l’agriculture industrielle et au modèle de la grande distribution. L’Italie vient de voter une loi pour l’agriculture biologique. L’agroécologie peut-elle contribuer à la protection de la biodiversité et au bien-être des agriculteurs et des citoyens ?

De mes 35 années de travail en agroécologie et en conservation de la biodiversité à la ferme Navdanya, j’ai acquis la conviction qu’une agriculture sans produits chimiques, comme l’agroécologie, est nécessaire pour conserver et régénérer la biodiversité et, à travers elle, le bien-être des agriculteurs et des citoyens. Les pesticides et les insecticides conduisent les insectes à l’extinction, les herbicides tels que le RoundUp/Glyphosate conduisent les plantes, les insectes et les organismes du sol qui en dépendent à l’extinction. La destruction de la biodiversité dans le sol et les plantes conduit à la destruction de la biodiversité dans notre microbiome intestinal, qui est à l’origine de l’augmentation des maladies chroniques. L’agroécologie fondée sur la biodiversité produit davantage de nourriture lorsqu’elle est mesurée en termes de nutrition par acre et non en termes de rendement par acre. Les revenus nets des agriculteurs sont plus élevés lorsqu’ils cultivent la biodiversité pour les économies alimentaires locales, au lieu de produits de monoculture à forte intensité chimique destinés aux chaînes d’approvisionnement mondiales. La biodiversité, l’absence de produits chimiques et l’alimentation locale profitent aux agriculteurs, aux citoyens et à la Terre.

Source originale : L’Extraterrestre, Il Manifesto, 2 juin 2022 —Par Manlio Masucci, Navdanya International



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Revue 3e millenaire

Le piège de l’expérience d’éveil

Archange Michael ~ Le Changement n’est pas destiné à être Cataclysmique, mais Organique ! – Eveil Homme