in ,

ECKHART TOLLE : La vérité : relative ou absolue ? ( Extrait du livre : Nouvell…


ECKHART TOLLE : La vérité : relative ou absolue ?

( Extrait du livre : Nouvelle terre: L’avènement de la conscience humaine. )

Chapitre 3 – Page- 57-58-59-60

Au-delà du domaine des simples faits vérifiables, la certitude que « j’ai raison et que vous avez tort » est une chose dangereuse dans les relations personnelles et dans les relations entres nations, tribus, confessions, etc.

Mais si la croyance « J’ai raison, vous avez tort » est une des façons qu’a l’ego de se renforcer, si vous donnez raison et donnez tort aux autres est un dysfonctionnement mental perpétuant la division et le conflit entre êtres humains, cela veut-il dire que les bons ou mauvais comportements, actes ou croyances n’existent pas comme tels ? Ne s’agirait-il pas du relativisme moral que certains enseignements chrétiens contemporains considèrent comme le grand démon de notre époque ?

L’histoire de la chrétienté est bien entendu un exemple flagrant de la façon dont la croyance d’être le seul possesseur de la vérité, c’est-à-dire avoir raison, peut corrompre vos actes et vos comportements au point de vous rendre fou. Pendant des siècles, on a considéré qu’il était juste de brûler et torturer des gens vivants si leurs opinions divergeaient ne serait-ce qu’un tantinet de la doctrine de l’Église ou des interprétations étroites des écritures (la « vérité ») et que par conséquent ils avaient tort. Ils avaient tellement tort qu’il fallait les tuer. On accordait plus d’importance à la Vérité qu’à la vie humaine. Et cette Vérité, c’était quoi ? Une histoire à laquelle vous deviez croire, ce qui veut dire un ramassis de pensées.

Le million de personnes que le dictateur dément du Cambodge, Pol Pot, a ordonné de tuer incluait tous ceux qui portaient des lunettes. Pourquoi ? Parce que, selon lui, l’interprétation marxiste de l’histoire était la vérité absolue et que selon celle-ci, ceux qui portaient des lunettes appartenaient à la classe instruite, à la bourgeoisie, aux exploiteurs des paysans. Il fallait donc les éliminer pour faire de la place à un nouvel ordre social. Sa vérité était aussi un ramassis de pensées.

L’Église catholique, ainsi que d’autres Églises, est juste quand elle considère le relativisme, cette croyance selon laquelle il n’existe pas de vérité absolue pour guider le comportement humain, comme un des démons de notre temps. Mais vous ne trouverez pas la vérité absolue si vous la cherchez là où elle ne peut être trouvée, c’est-à-dire dans les doctrines, les idéologies, les règles ou les histoires. Qu’ont donc en commun tous ces éléments ? Ils sont faits de pensées. Au mieux, la pensée peut pointer vers la vérité, mais elle n’est jamais la vérité. C’est pour cette raison que les bouddhistes affirment que « le doigt qui pointe vers la lune n’est pas la lune ». Toutes les religions sont également fausses et également vraies, selon la façon dont vous vous en servez. Vous pouvez les utiliser en les mettant au service de l’ego ou bien en les mettant au service de la Vérité. Si vous croyez que votre religion est la Vérité, vous l’utilisez pour la mettre au service de l’ego. Employée de cette façon, la religion devient une idéologie et crée un sens illusoire de supériorité ainsi que division et conflit entre les gens. Mis au service de la Vérité, les enseignements religieux constituent des panneaux indicateurs laissés par des êtres humains éveillés pour vous aider à vous éveiller spirituellement, c’est-à-dire à vous libérer de l’identification à la forme.

Il n’existe qu’une seule Vérité absolue, dont toutes les autres découlent. Quand vous trouvez cette Vérité, vos actes en sont un reflet. Et les actes humains peuvent soit refléter la Vérité, soit refléter l’illusion. Peut-on verbaliser la Vérité ? Oui, mais les mots ne sont pas la vérité. Ils ne font que pointer vers elle.

La Vérité est inséparable de qui vous êtes. Oui, vous êtes la Vérité. Si vous la cherchez ailleurs, vous serez chaque fois déçu. L’Être même que vous êtes est Vérité. C’est ce que Jésus voulait transmettre quand il a dit « Je suis la voie, la vérité et la vie2 ». Ces paroles sont un des indicateurs les plus puissants et directs de la Vérité, si on les comprend correctement. Par contre, si on les interprète mal, ils se transforment en obstacle. Jésus parle ici du « Je suis » le plus profond, de l’essence de chaque homme et de chaque femme, de chaque forme de vie. Il parle de la vie que vous êtes. Certains mystiques chrétiens ont appelé cette essence le Christ intérieur. Pour les bouddhistes, il s’agit de votre nature de Bouddha. Pour les hindous, c’est l’atman, le Dieu qui réside à l’intérieur. Lorsque vous êtes en contact avec cette dimension en vous – et être en contact avec elle est votre état naturel, pas un accomplissement miraculeux – tous vos actes et toutes vos relations reflètent le sentiment d’unité que vous ressentez profondément en vous. Ceci est l’amour. Ce sont les gens coupés de leur vérité qui ont besoin de lois, de commandements, de règles et de règlements. Ces structures empêchent en général les pires excès de l’ego, mais parfois pas. « Aime et fais ta volonté » a dit Saint Augustin. Les mots ne pourraient pas se rapprocher davantage de la Vérité.

Maître spirituel Eckhart Tolle
( Extrait du livre : Nouvelle terre: L’avènement de la conscience humaine. )
(Image de Eckhart Tolle )




Source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

ECKHART TOLLE : NOUVEAU LIVRE (Extrait du nouveau livre – Le chemin vers l’uni…

ECKHART TOLLE : COFFRET DE 52 CARTES INSPIRANTES – LE POUVOIR DU MOMENT PRÉSENT …