in

Ramana pensait-il que le monde est une illusion ?



J’ai publié il y a un an une traduction des principales œuvres sanskrites de Ramana Maharshi. Or, malgré sa popularité grandissante, son message reste ambigu.

Le cœur de son message, certes, ne l’est pas : plonger au cœur de soi et y rencontrer la source d’un bonheur invincible. 

Cependant, à côté de ce message si simple, il y a aussi les opinions de Ramana sur divers sujets essentiels. Et là, les choses sont moins claires.

Je résume en trois temps, trois facettes du débat sur la question de savoir quel est l’enseignement de Ramana :

1) Dans son récit initial, Ramana décrit simplement s’être immobilisé, comme mort. Il a alors senti en lui une « force », un « courant » qui s’est emparé de lui, de son attention. Cette force immortelle, au-delà du corps, mais sensible dans le corps, a pris possession (âvesha, notion tantrique shâkta) de lui. Désormais, il ne décidait plus rien, c’était cette force qui vivait en lui.

2) Dans les écrits produits par Ramana en collaboration avec Ganapati Muni et ses disciples, Ramana évoque une Puissance, une Shakti aux côté de l’Absolu immobile, les deux étant inséparables. L’Absolu est pouvoir, puissance, élan, vibration. C’est le Ramana « tantrique », celui qui a parlé d’un « courant », d’une « force », de sa rencontre intime avec un dynamisme, une vie, un esprit immortel. C’est le Ramana plein de dévotion, fasciné par les récits de la vie des saints, par la montagne sacrée d’Arunâchala. C’est le Ramana qui va faire construire un temple dédié à la Déesse, à la Shakti, à la Mère divine.

3) Et dans les écrits plus récents, plus définitifs, il joue une autre musique : le monde est une illusion qui disparaît quand on voit la vérité. Il n’y a plus d’expérience, plus de « courant », plus de « force », plus d’élan, mais seulement le monde qui s’évanouit dans l’unité absolue décrite presque comme un néant. La Puissance, Shakti, est une illusion destinée à disparaître dans  « la connaissance ». Le corps est une maladie, tout est illusion. Et tout cela disparaît quand on comprend ce qu’il en est vraiment. L’expérience du monde n’est pas transformée en une autre expérience : elle disparaît, purement et simplement. Le Ramana qui continue à vivre, l’individualité qui aime, compatit et s’occupe des animaux, sont des illusions que seules perçoivent encore les ignorants.


J’avais déjà écrit un article sur le récit de la rencontre originelle de Ramana avec cette Force intérieure.

Et aussi, un article sur le Ramana « tantrique ».

Sur le Ramana « monde illusoire », il y a les deux textes en tamoul, Padamalaî et Guru-vachaka-kovai, traduits en anglais puis en français. Mais il y a aussi, moins connu, la Shrî-ramana-parâ-vidyâ-upanishad. Fruit des leçons données en personne par Ramana à un déonmmé Lakshman Sharma, cette oeuvre sanskrite de 700 versets reflète fidèlement les opinions finales de Ramana. Voici un verset du début (9) qui affirme très clairement que le monde est une illusion qui ne peut survivre à la « connaissance » :

आधारसत्ये विमले तु तस्मिन् निजस्वरूपे मनसोपक्ल्प्तम्/
अविद्यया विश्वममुं निमील्य भाति स्वयं सत्यवदज्ञतायाम् // 

« Cet univers apparaît par ignorance (avidyâ),
construit par le mental sur ce fond immaculé et réel
qui est notre essence.
Cet univers cache (litt. « ferme les yeux ») le réel
et apparaît comme réel
tant que [son fond immaculé et réel] n’est pas connu. »

Et plus loin, au verset 14 :

निमीलितः स्वो भवितैव तावद्यावत् स्वतः सत्यमिदं विभाति /
तथा न भायान्मनसि प्रणष्टे नाशाय तस्मान्मनसो यतेत //

« Le Soi est caché tant que
le monde apparaît comme réel.
Quand le mental est détruit, 
il n’apparaît plus ainsi.
Il faut donc s’efforce de détruire le mental ».

Autrement dit, dans l’expérience « celui qui sait », le monde n’apparaît plus. Le monde et son fond ne peuvent apparaître ensemble. L’apparence de l’un, cache l’autre, comme l’illustre le célèbre exemple de la corde et du serpent : si je prends cette corde pour un serpent, alors l’apparence du serpent cache la corde. Et si je vois la corde, alors le serpent disparaît. Les deux apparences ne sont pas compatibles. De même, l’apparence du monde n’est pas compatible avec l’apparence du Soi, du fond de conscience. On ne peut voir à la fois la forme et le fond, les reflets et le miroir. Si je vois que cette statue de lion est en or, je ne vois plus le lion. Tant que je vois la forme du lion, je ne vois pas l’or dont il est fait. Donc l’expérience du Soi n’est pas compatible avec l’expérience du monde.

De plus, le mental  EST ignorance (mano hi avidyâ, 12). Tant qu’il est présent, la vision du Soi est impossible. Et quand le Soi est vu, la vision du monde projeté par le mental est impossible. Ramana disait certes d’autres choses à l’oral, mais il a confié à ses « amis » les plus proches que tel est sa véritable opinion, son avis final. Le monde n’est pas créé par Dieu. Bien plutôt, Dieu, le monde et les egos sont créés par le mental, qui est ignorance. Et tout cela est donc illusion sans aucune réalité.

Pourtant, Ramana affirme ailleurs que l’expérience du monde est compatible avec l’expérience du Soi : c’est l’état naturel de « compréhension innée » (sahaja-samâdhi), naturelle, facile, où les perceptions des six sens coexistent (sahaja) avec la conscience fondamentale. Et Ramana lisait beaucoup. Il avait donc un organe mental. Mais si « le mental » est ignorance, alors Ramana était atteint d’ignorance. Difficile de résoudre ces contradictions. Un délice pour les amateurs de casse-tête insolubles. D’où, sans doute, les interminables duels « non-duels » dans les milieux néo-advaita.


Pour ma part, je crois que ces tensions entre différente formulation s’expliquent de deux manières :

1) On peut considérer l’enseignement final de Ramana (« le monde est illusion ») comme une affirmation passionnée de la puissance de son expérience. Dès lors, il faudrait rajouter des « comme si » à tout ce qu’il dit. Dans l’expérience du Soi, tout se passe « comme si » le monde avait disparu ; « comme si » il n’y avait plus de mental ; « comme si » il n’y avait plus rien d’autre que le Soi, océan de béatitude.

2) D’autre part, on peut considérer cet enseignement final comme l’expression du tempérament profond de Ramana. Avec Ganapati Muni, Ramana a rencontré le Tantra. Mais cela ne convenait pas à son tempérament réservé, équinisme et casanier. Ramana n’avait pas l’âme d’un militant, d’un missionnaire. De plus, il ne considère pas le corps sous un jour positif. Il n’a jamais eu un mot positif à l’égard du corps comme manifestation de la Vie, par exemple. Non, pour lui, la vie incarnée elle-même est une maladie. Il faut en finir avec la vie. Pourtant, il ressentait, selon ses dires, le Soi comme un « courant de vie ». Mais la formulation tantrique ne lui convenait pas, d’autant que Ganapati Muni voulait faire de Ramana sa marionnette pour libérer l’Inde. Et puis le Tantra est plein de superstitions. Ramana se méfiait de l’occulte et des pouvoirs surnaturels. 

Autrement dit, Ramana pensait que le monde est une illusion parce qu’il avait, à tout prendre, une expérience négative du monde. Il aurait pu formuler son enseignement autrement et il en a eu l’occasion. mais il ne l’a pas fait. Il aurait pu essayer une synthèse, un Tantra épuré, dépouillé de la fascination pour les pouvoirs surnaturels, à l’image du shivaïsme du Cachemire. Mais il ne l’a pas fait. Finalement, son cœur a penché vers le Vedânta et sa vision austère de la vie et quelque peu en contradiction avec les faits. Mais, ce faisant, il a voulu affirmer la puissance infinie de cette Force intérieure qu’il avait découverte dans sa jeunesse. 

Mais alors, pourquoi le lapin ?



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

Alain Daniélou sur France Culture

En quoi la famille et la fête peuvent-elles être associées?