in

Trinité du Tantra


 Abhinava Gupta décrit le Cœur, cet état de potentiel absolu et, en même temps, d’actualité parfaite, « qui est tout ce qu’il peut être », dans lequel identité et différence sont « en harmonie » (samâpatti) :

etat paraṃ trikaṃ pūrvaṃ sarvaśaktyavibhāgavat // 20
atra bhāvasamullāsaśaṅkāsaṃkocavicyuteḥ /
svānandalīnatāmātramātricchākarmadṛktrayam // 21

« Telle est la Triade suprême et originelle,

en laquelle les Puissances (shaktis) 

ne sont pas séparées.

En elle, la contraction, 

née de la peur des phénomènes, disparaît.

La Triade (des puissances) du sujet 

– désir, de la perception et de l’action –

y est donc dissoute dans la simplicité

de la félicité intime. »

Mâlinîshlokavârttika 20-21

_________________________

Ce Cœur, la Conscience universelle, n’est pas statique. Elle est douée de puissance, c’est un état potentiel, dans lequel les possibles gisent à l’état indifférencié, comme les dessins des plumes du paon préexistent dans l’œuf du paon. 

Nous pouvons faire l’expérience de cet état dans le premier instant de n’importe quel mouvement : désir, émotion, expir, geste…

En immergeant mon corps, mon souffle, ma pensée et jusqu’à mon inconscient dans cette béatitude primordiale, la « contraction née de la peur des phénomènes » disparaît, car elle est interrompue, car le plaisir s’oppose à la contraction. Cette immersion se fait via une attention amoureuse, ardente. Le nectar de l’expansion absolue s’écoule alors depuis le centre de l’être, jusque dans les organes et dans le monde entiers, comme une huile se répand dans les fibres d’un tissus. Notons que c’est la peur qu’il s’agit de guérir, peur des phénomènes, peur des différences, peur de la séparation, peur de la dualité. Il ne s’agit pas ici de nier les différences, mais de les reconnaître et d’en venir à les ressentir comme les prolongements de la félicité intérieure, intime. 

Il faut donc d’abord identifier cette félicité intime dans le premier instant du désir, afin d’en imprégner le corps, le souffle, la pensée, et jusqu’au monde entier. 

Ce Cœur est la Triade, qui donne son nom à la tradition du Tantra à laquelle Abhinava se rattache ici.



Source link

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Rédiger par Blog de David Dubois

La Vache cosmique, blog philosophie de David Dubois

Qui pose les questions ici ? U…

Le monde est dévoré par l’ennui – Georges Bernanos – VOLTE & ESPACE