in ,

Interview de Pablo Servigne "Je ne peux pas promettre que je tendrais toujours la joue" !!! ?



Suite à la demande d’une version avec juste l’interview du Collapsologue Pablo Servigne extrait de la video “DÉCLARATION de GUERRE.

source

Qu'en pensez-vous?

Commentaires

Leave a Reply
  1. GIEC !!! Ce fameux groupe du GIEC !!!
    Et bien regarder le lien, ci-dessous !!!
    Anciens membres de ce GIEC. Et il y a même le BOSS de GREENPEACE !!!
    ATTENTION !!! Je précise, toute personne visonant cette vidéo, ne reste que son opinion personnel !!! Pas d'influence quelconque.
    Impressionnant !!!
    A partagé un MAX !!!
    http://youtu.be/r4ZPETbKeNY

  2. Moi quand je vois comme il est habillé et le sac à dos sûrement un quechua donc tout des produits made in china et le mec il vient te dire ouais la fin du monde blabla …bref que de la merde et il faudrait l écouter comme le Messi non mais au secours j ai l impression qu il veulent faire un retour du flower Power bande de blaireau et bien sûr on met ça sur internet qui est un des plus gros polluant juste derrière le pétrole ridicule

  3. vous voulez vraiment reprendre le contrôle des lois, par la création d'assemblée citoyennes communale, départementale, régionale, et nationale par exemple, alors faites une gréve générale et vite sinon…

  4. On le laisse un peu trop tranquille, le jeune Servigne, pour qu'il soit un réel porte parole, les VRAIS lan ceurs da lerte sont eux poursuivis à chaque heure, posez vous ces questions dont les réponses nous déçoivent et c'est bien pour cela qu'on évite de se les poser…Comme juan branco, quoi…

  5. C'est pas un peu con de s'aligner derrière XR pour combattre le système? Parce que le système c'est eux. Ils sont fundés de toute part par le capitalisme industriel et adoubés par Gretta, c'est dire.

  6. Encore une fois comme j'aurais dit à Pablo dans un de mes commentaires, je ou nous ne pourrions faire que nous questionner. Les lois ne suffiraient pas? Les lois auraient fait de nous des êtres civilisés et au risque de ce qui aurait pu arriver de pire pour la pérennité de toute bonne démocratie. Si nous en serions rendus là concernant l'environnement, ce serait parce qu'elles n'auraient pas été respectées pourrait-on penser comme elles auraient pu être insuffisantes dû à l'ignorance de la problématique qui nous concernerait tous. Nous pourrions nous dire qu'en cas de non-respect, il pourrait y avoir sanction ; qu'en cas contraire si ce ne serait dans tous les cas, il devrait y avoir information. Nous serions tous autrement dit pour la non-violence qui pourrait perpétuer justement tous les problèmes reliés aux démocraties qui ne seraient certes pas parfaites, mais seraient ce que nous aurions de mieux, faute de mieux.

    Maintenant, accepter que sa maison brûle comme la mort, qu'est-ce que ça voudrait dire et si on ne croirait pas trop à la notion de liberté à laquelle trop de nos contemporains sembleraient croire? On n'accepterait pas justement pour agir assez instinctivement et tout en ayant été cette fois-ci informé. Pour la mort, ne sachant ce que serait la vie, à la limite toute chose (question ontologique), qu'est-ce encore une fois on voudrait dire si on serait le moindrement optimiste ou stimulé pour pouvoir le moindrement avancer vers quelque solution des plus permanentes? Nous pourrions donc penser que, le moindrement, les technologies (conceptuelles) seraient inévitables mais pourraient être moins énergivores comme plus respectueuses et conscientes de l'environnement reliées à nos besoins essentiels qui, pour certains, se résumeraient en tout ou rien (anti cancérigènes, etc.).

    Bref, le réchauffement climatique pouvant créer des inondations, la suffocation… la disparition des écosystèmes pouvant nous appauvrir en faune et flore que nous aurions besoin, le choc pétrolier pouvant nous couper en tout comme pour l'approvisionnement en eau, etc., si tout cela ne serait pas des problèmes concrets déjà avec toutes les conséquences pratiques que cela pourrait entraîner, ce serait quoi? Plus on chercherait aussi à résoudre un problème comme essayer par exemple de s'abriter contre le froid, plus on créerait d'autres problèmes? Nous n'aurions probablement pas compris Pablo et au risque de croire qu'il ne servirait plus à rien d'agir comme de faire quoi que ce soit. Quoi qu'il en serait, à Montréal, le 27 septembre 2019 prochain, une nouvelle marche aura lieu à partir de la statue Georges-Étienne Cartier dans le but de montrer à nos gouvernements que la situation serait urgente (l'eau, les droits de l’homme, etc.).

  7. "La petite jeune greta thumberg qui a foutu une claque à tout le monde" (Ah!? Non, pas à moi. Go back to school Greta)
    "Notre maison brûle" (Blabla) "Le climat, c'est un hyper objet" (Merde ! Sans déconner)
    "Apprendre à bien vivre avec" (Ce ne serait pas plutôt SANS ?)
    "Je n'ai pas de solution, il n'y a pas de solution/s/" //
    (Démerdez-vous bandes de nazes: "Y'a plein de choses à faire à toutes les z'échelles" – Yakafaucon? Ou vrai?)
    "Et Comme avec les oiseaux, les plantes, les champignons, les mousses, les bactéries", à mes (aux) enfants, je leur dis (Aux oiseaux, la vérité?) "Pardon, merci et on vous aime".
    Circulez, y'a rien à voir

  8. 17
    septembre 2019 : 86 départements en restriction d'eau et 209
    arrêtés en cours (source propluvia) … Pourtant notre consommation
    d'eau (potable industrie et agricole) ne représente que 2,5% des
    pluies annuelles ….

    Depuis
    20 ans on s'inscrit dans une spirale descendante et c'est de pire en
    pire d'année en année, mais on s'obstine à garder les mêmes modes
    de gestion qui nous enfoncent ; on va atteindre le point de non
    retour …

    Les agences ont adopté une
    gestion purement administrative de l'eau sans tenir compte du cycle
    naturel, elles ont placé tous les acteurs (particuliers,
    agriculteurs et industriels) en tant que consommateurs alors que d'un
    point de vue climatiques l'impact n'est pas du tout le même … on
    ne gère pas l'eau comme on gère des paquets de lessive !

    Notre modèle climatique
    c'est la forêt, elle capte 70% des pluies, ce qui veut dire que 70%
    des pluies servent à entretenir le cycle de l'eau. Pour simplifier :
    quand vous évaporez 70 litres d'eau vous récupérez 100 litres de
    pluie. Autrement dit la pluie qui tombe c'est le mélange de 70%
    d'évaporation continental et 30% d'évaporation en mer. Le bilan
    hydrique de la végétation est toujours positif, mais il est
    proportionnel : moins vos plantes vont évaporer d'eau moins
    vous aurez de pluie … On a besoin de pluie régulière l'été donc
    il faut une végétation vivante et massive l'été sur un maximum de
    surfaces (villes et campagnes) .

    C'est pour cette raison qu'il
    ne pleut pas au Sahara, mais avant de perdre ses arbres ce désert
    était une forêt … Voilà exactement ce qui nous attend !

    En climatologie une forêt
    fournit de la pluie alors que pour les agences un arbre consomme de
    l'eau …

    Les agences ont présenté
    les prélèvements d'eau de la façon suivante :

    46% pour l'agriculture , 34%
    pour l'eau potable et 12% pour l'industrie.

    Présenté comme ça il est
    évident qu'en cas de manque d'eau on réduit d'abord la part
    agricole et pourtant c'est exactement ce qu'il ne faut pas faire.

    D'abord parce que 34+12=46,
    donc si toute l'eau (potable et industrielle) était recyclée pour
    l'arrosage (ou ré-infiltrée) on diviserait par deux les
    prélèvements dans les nappes phréatiques … c'est déjà inscrit
    dans le code de l'environnement …

    Ensuite parce que
    l'irrigation l'été sert à entretenir une végétation vivante qui
    alimente le cycle de l'eau, donc la part agricole fait partie des 70%
    « incompressibles ». Donc si on manque d'eau l'été il
    faut augmenter les surfaces irriguées en faisant des réserves
    l'hiver et depuis 20 ans on fait exactement le contraire …

    Et enfin, les sols
    artificialisées (villes) détournent massivement les pluies vers la
    mer sans infiltration ou utilisation. Les villes et l'industrie
    pompent autant que l'agriculture dans les nappes phréatiques sans
    jamais les alimenter, alors que l'agriculture ne prélèvera jamais
    plus d'eau qu'elle n'a infiltré (un champs irrigué ne peut pas
    consommer plus d'eau que la pluie qu'il reçoit annuellement) .

    L'agriculture est le seul
    secteur d’activité économique qui a un bilan hydrique positif, le
    seul capable de nourrir la planète, le seul à se battre pour faire
    des réserves d'eau l'hiver et le seul à entretenir le cycle de
    l'eau l'été … Pourtant c'est le seul qui est attaqué massivement
    par les agences dès qu'il y a des problèmes d'eau !

    Cette très mauvaise gestion
    a des conséquences dramatiques sur le climat et sur la biodiversité,
    parce que c'est essentiellement le cycle de l'eau qui régule les
    températures dans les basses couches de l'atmosphère (quand l'eau
    s'évapore elle absorbe beaucoup d'énergie (entropie) ) et parce que
    toutes les chaînes alimentaires sont basées sur la biodiversité
    des sols, un sol sec c'est un sol mort. Et l'été on laisse des
    millions d'hectares exposés au soleil après les moissons. La PAC
    impose et finance un couvert végétal pour justement protéger les
    sols mais on coupe l'eau l'été dans les champs … Un simple retour
    de l'eau des villes dans les champs résoudrait TOUS nos problèmes
    sans contrainte supplémentaire pour les consommateurs. Ce n'est pas
    grave de mettre de l'eau dans les toilettes , ce qui est extrêmement
    grave c'est de la recycler pour la jeter dans les rivières alors que
    les campagnes (qui nous nourrissent) sèchent !

    Pour les agences l'irrigation
    est un problème pour le climat c'est la solution ! Si
    aujourd'hui on reboisait complètement la France il faudrait attendre
    encore 20 ans pour que les arbres jouent pleinement leur rôle
    climatique … on sera tous mort avant !

    Autre fait aggravant :
    la destruction des barrages !

    Les nappes phréatiques
    profondes sont alimentées par les nappes superficielles elles mêmes
    alimentées par les pluies et tous les points d'eau de surface. Les
    nappes profondes s'épuisent l'été par des prélèvements
    importants mais surtout par une suppression des eaux de surfaces . On
    a entrepris un vaste projet de destruction des barrages pour
    rétablir la continuité biologique des cours d'eau, les bassins
    versant se vident plus vite, l'eau s'infiltre moins, résultat on a
    des inondations l'hiver, des rivières sèches l'été et des nappes
    qui sont moins alimentées … les anciens avaient construit ces
    retenues justement pour avoir de l'eau … Nous on en manque et on
    détruit …

    Toute l'eau qui nous manque
    l'été est passée par chez nous l'hiver, il suffisait de la retenir

    Dans deux ans il sera trop
    tard, c'est CET HIVER qu'il faut construire des réserves d'eau et de
    TOUTE URGENCE !

    « On
    ne résout pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont
    engendrés « 
    Albert Einstein

  9. c bien qu un pacifique dise que la révolution soit la seule solution en gros
    faut pas attendre de se prendre un lbd dans l'oeil pour ouvrir les yeux et s apercevoir qu on est des esclaves du systeme

  10. quels sont ces gouvernements IRRESPONSABLES qui,pendant 50 ans n'ont pas été capables par le truchement du ministère de l'éducation,de former les profs et ainsi les générations qui se sont succédées, à manager une société vraiment humaine et porteuse de futur tels les "leçons de morale" qui commençaient les journées d'école…gouverner c'est prévoir,pour eux c'est "gouverner c'est s'en foutre plein les poches"voilà le bilan des "élites politiques" depuis 50 ans…à vomir…!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

Rédiger par Pablo Servigne

CONTACT MÉDIUMNIQUE – Yonelle Delle sur Fréquence Evasion.

Le grand paradoxe