POUR EN FINIR AVEC LE YING ET AVEC LE YANG La polarité est universelle alors qu…


POUR EN FINIR AVEC LE YING ET AVEC LE YANG

La polarité est universelle alors que la dualité est artificielle.

La polarité est un indice de la mesure de l’état d’un objet ou d’un système d’objets. Par exemple la température mesure l’état calorifique d’un objet, le froid ici n’est pas le contraire du chaud mais seulement un indice de sa graduation dans l’échelle de mesure de la température… il en est de même pour les forces électro-magnétiques, dont les lois répondent à des contraintes physiques universelles.

La dualité exprime l’implantation de valeurs socio-culturelles arbitraires qui définissent artificiellement selon les époques et les dominations les standards de beauté, de richesse, de pureté, ou d’expressions sexuelles. Là où la polarité rend compte de valeurs absolues en termes de mesure, dans la dualité s’exprime toute la subjectivité imposée par les cultures, les races, les nationalités et les spiritualités…

Le Ying et le Yang ça n’appartient pas à la polarité mais à la dualité puisque le terme évoque immédiatement des connotations culturelles, spirituelles et sexuelles, toutes reliées au mémoriel particulier de la race.

Il y a de grandes différences entre les hommes et les femmes. Ces différences sont engendrées soit par des programmations génétiques, soit par des programmations socio-culturelles. Concernant les programmations génétiques, il n’y a pas de source énergétique venant d’un Ying ou d’un Yang, d’un masculin sacré ou d’un féminin sacré, simplement des routines biochimiques d’une extrême complexité permettant l’échange de matériels génétiques et le développement d’un nouvel individu selon le modèle évolutif implanté dans le développement cellulaire de son espèce. La biologie humaine est fondée sur la reproduction bisexuelle, mais rien ne peut nous empêcher d’imaginer une expérience planétaire ou la reproduction impliquerait trois sexes plutôt que deux, ou des moyens inusités pour les êtres de se répliquer. Parlerait-on alors de Ying et de Yang ?

Cote génétique il n’y a pas de force féminine ou de force masculine imposant l’identification féminine ou masculine, seulement des programmations dirigeant le développement cellulaire différent des deux sexes de l’espèce humaine.

Cote socio-culturelle nous rentrons dans le vaste domaine des programmations subjectives qui dicteront les comportements différents des représentants des deux sexes. Je n’ai aucune difficulté à imaginer une volonté de réingénierie sociale qui renverserait le rôle de domination des sexes et verraient en trois générations les femmes représenter le sexe dominant de cette future société. Inutile alors d’invoquer une mystérieuse force féminine, un Yang renversant un Ying, simplement une déprogrammation des valeurs socio-sexuelles imposées aux éponges composant cette société.

L’ego humain est construit par quelques programmations pré personnelles, un amas de programmations astrologiques inscrites dans son code génétique, et par une invraisemblable accumulation de mémoires planétaires confuses, fausses, arbitraires et artificielles. Cherchez ce que représente cet ego en dehors de ces programmations, et vous ne trouverez rien. Pourquoi ? Parce qu’en dehors de ces mémoires planétaires, l’ego humain est semblable à sa contrepartie éthérique, c’est à dire sans forme…

L’esprit de l’être humain n’est pas genré. Il n’est ni un Ying, ni un Yang, seules les programmations de l’ego en incarnation le définissent comme un Ying ou comme un Yang, et ces programmations ne sont pas réelles, cosmiques et universelles.




Source

Qu'en pensez-vous?

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lorraine Coutur

Tu as raison guerrier! Est-ce de raison qu’il est question ici?😉👋

Yéo Karnon

Merci pour l’explication sur la polarité et la dualité.

Sabrian Tonussi

Merci

Le potentiel transformateur du…

Comment percevez vous, ce qu’aujourd’hui la psychiatrie défini comme le Trouble …